Steaks hachés infectés : Nolan, l’un des enfants intoxiqués en 2011, est décédé à l’âge de 10 ans

DECES Le patron de la société qui a fourni à Lidl des steaks hachés contaminés à la bactérie E. Coli avait été condamné en 2017

H.S.

— 

Une quinzaine d'enfants dans les Hauts-de-France avaient été gravement malade après avoir mangé des steaks hachés contaminés.
Une quinzaine d'enfants dans les Hauts-de-France avaient été gravement malade après avoir mangé des steaks hachés contaminés. — BAZIZ CHIBANE/SIPA

Depuis son intoxication en 2011 liée à l’affaire des steaks hachés Lidl contaminés, Nolan était lourdement handicapé. Comme lui, une quinzaine d’enfants étaient tombés gravement malades dans les Hauts-de-France après avoir ingéré cette viande porteuse de la bactérie E. Coli. Huit ans après, le petit garçon âgé de 10 ans est décédé rapporte Le Parisien ce dimanche.

Victime d’un syndrome hémolytique et urémique (SHU), Nolan avait conservé de lourdes séquelles physiques et mentales. A l’époque, 18 consommateurs – dont la plupart étaient des enfants âgés entre 7 mois et 8 ans – avaient été infectés par ces produits vendus sous la marque « Steak Country ». L’un des enfants était resté dans le coma pendant plusieurs mois au CHRU de Lille.

Deux ans de prison ferme

En 2017, le tribunal correctionnel de Douai avait condamné à trois ans de prison dont deux ans ferme l’ancien gérant de la société SEB-Cerf, qui avait fourni les steaks hachés contaminés aux magasins Lidl. Interrogée à l’époque par la presse locale, la mère de Nolan, Priscilla Vivier, avait réagi : « Ça ne fera pas revenir mon fils comme il était avant, mais je suis contente du jugement, que [Guy Lamorlette] ait été interdit d’exercer dans la viande bovine. »

« On disait que c’était ma faute d’avoir donné ce steak à mon fils. Mais c’était eux, ils se sont permis de donner ça aux gens », avait-elle ajouté. Condamné en appel, l’industriel s’est depuis pourvu en cassation. Interrogée par Le Parisien, l’avocate des parents de Nolan a déploré cette décision : « J’espère que le responsable de ce drame aura la décence de retirer son pourvoi en cassation. Lors du premier procès, il n’a même pas voulu regarder Nolan, désormais, il doit purger sa peine et les parents de Nolan doivent pouvoir être indemnisés et faire leur deuil. »