Affaire Steve Maia Caniço : Le collectif « Justice pour Steve » en « colère » après le nouveau rapport

REACTIONS Le collectif citoyen estime que le rapport de l’IGA « ne sert qu’à disculper les responsables politiques de la violence policière au plus haut niveau de l’Etat »

J.U.

— 

Lors d'un rassemblement à l'appel du collectif Justice pour Steve à Nantes
Lors d'un rassemblement à l'appel du collectif Justice pour Steve à Nantes — S. Salom Gomis/ SIPA

« De qui se moque Castaner ? » Quelques heures après la présentation du rapport de l'IGA par le ministre de l’Intérieur, qui a soulevé un « manque de discernement » lors de l’opération policière du 21 juin à Nantes, le collectif citoyen « Justice pour Steve » exprime sa « colère ». Dans un communiqué, le groupe en hommage au jeune homme, décédé lors de la Fête de la musique, s’émeut des conclusions de cette nouvelle enquête. « Le rapport de l’IGA est un non-événement qui ne sert qu’à disculper les responsables politiques de la violence policière, au plus haut niveau de l’Etat », déclare le collectif, qui a déjà appelé à manifester samedi à Nantes.

« Un quai inondé de gaz lacrymogène, des tirs de grenades, des coups de matraque – tout ça parce que la musique n’aurait pas été coupée à l’heure ! - deviennent un simple « manque de discernement » qui vaut à son auteur (…) tout au plus une mutation », regrette le communiqué.

« La famille de Steve a confiance dans la justice »

De son côté, l’avocate de la famille de Steve, Me Cécile de Oliveira, a elle aussi réagi. Elle note que « le rapport reconnaît le caractère offensif des opérations de police avec un usage de la force sans sommation » et « constate le mouvement de panique de la foule notamment en raison des gaz lacrymogènes ». « La famille de Steve Maia Caniço a confiance dans la justice pour établir le lien de causalité entre la mort de Steve et l’intervention policière », ajoute l’avocate.

L’enquête pour « homicide involontaire », qui se poursuit, a été dépaysée à Rennes pour des impératifs de « sérénité » et d'« impartialité », a-t-on récemment appris.