Lyon : Comment les utilisateurs du métro accueillent-ils l’arrivée (partielle) de la connexion 4G ?

TRANSPORTS Depuis lundi, les 44 stations de métro de l’agglomération lyonnaise sont équipées de la connexion 4G

Jérémy Laugier

— 

La première phase de l'arrivée de la connexion 4G dans le métro se révèle satisfaisante, comme ici dans la station Bellecour.
La première phase de l'arrivée de la connexion 4G dans le métro se révèle satisfaisante, comme ici dans la station Bellecour. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • Après 14 mois de travaux, la connexion 4G a débarqué lundi dans le métro lyonnais, ou plutôt dans les 44 stations de l'agglomération.
  • En attendant le dispositif global qui, en fin d'année, permettra également de se connecter sur Internet dans les rames de métro, 20 Minutes est allé rencontrer les voyageurs lyonnais.

« Vivement la suite. » De nombreux Lyonnais s’habituent vite à la grande nouveauté souterraine de la semaine. A savoir l'arrivée de la connexion 4G dans toutes les stations de métro de l’agglomération depuis lundi, après 14 mois de travaux. « C’est grave bien d’enfin recevoir des messages à chaque arrêt dans une station, s’enthousiasme ainsi Maïwenn, une lycéenne. Mais j’ai hâte de pouvoir regarder des séries sur mon téléphone durant mes 25 minutes de trajet entre Vénissieux et Oullins. »

Le souhait de Maïwenn devrait être exaucé d'ici à la fin de l'année, grâce au déploiement de la 4G dans toutes les rames de métro. En attendant, même si on a pu constater des difficultés pour se connecter dans certaines des 44 stations du réseau TCL, comme à Monplaisir et à Saint-Just (terminus d’un funiculaire), cette première phase est réussie. On a notamment pu passer, sans la moindre coupure, un appel d’une quinzaine de minutes, via Whatsapp, sur le quai de la ligne D à Bellecour.

« A Paris, j’ai souvent trouvé ça précieux »

Le quotidien des voyageurs lyonnais est-il donc déjà chamboulé avec ce dispositif partiel ? « Comme je suis habituée depuis toujours à ne pas utiliser Internet quand je suis dans le métro à Lyon, je n’avais même pas remarqué ce changement », sourit Sabrina. « Les trajets, tout comme l’attente sur le quai, ne sont quand même pas très longs ici donc je ne ressens pas de besoin de 4G dans le métro », poursuit Camille, qui se voit bien « juste en profiter pour télécharger des playlists musicales ».

Cet engouement contenu constaté un peu partout à Lyon tranche avec les avis de néo-Lyonnais ayant déjà vécu l’arrivée de la 4G dans d’autres villes. « A Paris, j’ai souvent trouvé ça précieux d’être informé en direct, et non à ma sortie du métro, d’un nouveau lieu de rendez-vous pour une soirée », indique Félix (21 ans). Pour Eleonora, tout juste arrivée d’Italie : « Franchement, pouvoir se connecter en tout temps, y compris dans les transports, change beaucoup de choses. A Rome, ça m’a permis de modifier mes plans et de déterminer à la dernière minute des lieux de balade. Là, dans une nouvelle ville, ça va m’aider à trouver la bonne correspondance à chaque fois que je serai perdue ».