Grenelle des violences conjugales : Le nombre d’appels au 3919 a explosé

VICTIMES Le 3919, le numéro d’écoute national pour les femmes victimes de violences conjugales, a reçu 4 fois plus qu’à l’accoutumée

M.A. avec AFP

— 

Le numéro d'écoute national pour les femmes victimes de violences conjugales a vu le nombre de ses appels exploser depuis le Grenelle contre les violences conjugales.
Le numéro d'écoute national pour les femmes victimes de violences conjugales a vu le nombre de ses appels exploser depuis le Grenelle contre les violences conjugales. — AFP PHOTO/JACQUES DEMARTHON

Depuis le lancement du Grenelle contre les violences conjugales, le 3919, le numéro d’écoute national pour les femmes victimes, a vu le nombre de ses appels exploser, a annoncé le secrétariat d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, ce vendredi.

Le 3 septembre, jour de lancement du Grenelle, le service d’écoute, gratuit et anonyme, a reçu 1.661 appels et 1.134 le mercredi 4, soit plus de 4 fois plus qu’à l’accoutumée, indique-t-il.

« 1.600 appels en une journée, c’est énorme »

En moyenne, le 3919 reçoit 250 appels les jours de semaine, près de 150 les samedis et une centaine les dimanches, a précisé Françoise Brié, directrice générale de la Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF), qui gère cette ligne. Déjà le 2 septembre, à la veille d’un « Grenelle » qui a réuni à Matignon des ministres, des associations et des victimes pour évoquer le fléau des violences conjugales, le 3919 avait comptabilisé 638 appels.

« Après chaque campagne de communication, au lendemain de chaque 8 mars ou 25 novembre, on connaît des pics d’appels, mais là c’est encore plus marqué. 1.600 appels en une journée, c’est énorme », a poursuivi Françoise Brié, ne se souvenant pas si ce chiffre avait déjà été atteint par le passé.

Cinq écoutantes de plus

Le gouvernement a lancé une large campagne de communication baptisée #Réagir3919 pour faire connaître davantage ce numéro. La FNSF a reçu une dotation supplémentaire de 120.000 euros pour faire face à l’augmentation des appels, ce qui lui a permis de passer de 29 à 33 écoutantes, a ajouté Françoise Brié.

Le président Emmanuel Macron s’est rendu mardi dans les locaux du 3919. Il a notamment assisté en direct à un échange téléphonique entre une femme en détresse et un gendarme, qui refusait de l’accompagner chez elle pour des raisons de procédure. La gendarmerie nationale a annoncé l’ouverture d’une enquête administrative.