Auto-écoles : Les prix et les taux de réussites varient beaucoup, un problème de transparence identifié

ENQUETE Les disparités de prix mais aussi de taux de réussite à l’examen du permis de conduire sont grandes

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'une voiture auto-école.
Illustration d'une voiture auto-école. — PFG/SIPA

L’association de défense des consommateurs CLCV a enquêté dans 45 départements français pour étudier les pratiques de 665 auto-écoles. Les conclusions de l’étude sont sans appel : les disparités en termes de prix et de taux de réussite à l’examen du permis de conduire sont très grandes.

Concernant les prix, un même forfait « code + 20h de conduite » peut varier du simple au double. Le tarif le moins cher recensé par la CLCV est de 699 euros à Lille, tandis qu’une auto-école parisienne propose le même forfait pour 1.700 euros, révèle Ouest France.

Un problème d’affichage

« Les prix sont libres et notre enquête n’est pas une charge contre les auto-écoles », explique Olivier Gayraud, juriste à la CLCV. « On se trompe si on ne regarde que les prix, il faut voir aussi la qualité pédagogique. » Il préconise donc d’intégrer des critères qualitatifs dans l’affichage des tarifs.

Mais l’écart de prix n’est pas le seul point noir relevé par l’association de consommateurs dans son étude. « 14 % des auto-écoles enquêtées n’ont aucun affichage extérieur alors que la loi le prévoit, c’est inadmissible », regrette Olivier Gayraud. « Et quand il existe, le tarif est incomplet dans un tiers des cas. »

Un taux de réussite trop fluctuant

Enfin, l’association soulève le problème des disparités de taux de réussite à l’examen. « Pour une première présentation […], il y a 76,3 % de réussite en Lozère, mais seulement 47,5 % à Paris », détaille le juriste, qui rappelle qu’il s’agit tout de même d’un diplôme national. Si certains critères sociogéographiques peuvent expliquer ces écarts dans certains cas, les pratiques des auto-écoles seraient aussi en cause.

En effet, certaines écoles présentent des candidats avec plus d’heures de conduite que d’autres. « Leur taux de réussite est donc meilleur », souligne Olivier Gayraud. La CLCV demande donc que l’affichage du taux de réussite soit obligatoire, ainsi que le nombre moyen d’heures de formation avant présentation au permis pour une meilleure transparence.