Greta Thunberg voit son syndrome d'Asperger comme un « super-pouvoir »

DROIT DE RÉPONSE L’activiste suédoise estime que si ses détracteurs s’en prennent à son « physique » et à ses « différences », c’est parce qu’ils n’ont rien d’autre à critiquer

20 Minutes avec agence

— 

Greta Thunberg sur le voilier Malizia II, en partance vers New York pour se rendre à l'ONU, en 2019
Greta Thunberg sur le voilier Malizia II, en partance vers New York pour se rendre à l'ONU, en 2019 — Ben STANSALL / AFP

Greta Thunberg a décidé ce samedi de répondre aux moqueries qu’elle subit, dont certaines visent l’autisme dont elle est atteinte. La militante suédoise de 16 ans estime que sa « différence » peut en fait constituer « un super-pouvoir », sous réserve que « certaines circonstances » soient réunies.

« Quand vos détracteurs s’en prennent à votre aspect et à vos différences, ça signifie qu’ils n’ont rien d’autre à dire », a déclaré l’adolescente sur Twitter. « C’est là que vous voyez que vous êtes en train de gagner. »

« J’ai trouvé une signification à ce monde »

« Si je parle de mon cas, ce n’est pas pour me "cacher" derrière », précise la jeune fille, atteinte du syndrome d’Asperger. « Mais parce que je sais que beaucoup de personnes ignorantes y voient encore une "maladie" ou quelque chose de négatif. » Un témoignage qui ne nie pas les symptômes indésirables de ce syndrome : « Croyez-moi, il est arrivé que le diagnostic me limite dans mes activités », confie Greta Thunberg.

Alors qu’elle fête le premier anniversaire de la grève de l’école pour le climat, l’activiste explique en quoi cette démarche l’a aidée. « Avant le début de la grève, je n’avais pas d’énergie, pas d’amis, et je ne parlais à personne. Je restais assise chez moi avec mes troubles de l’alimentation », raconte-t-elle. « Aujourd’hui, tout ça a disparu. J’ai trouvé une signification à ce monde qui peut parfois paraître superficiel et vide de sens à tellement de gens. »