VIDEO. Attaque de Villeurbanne : Ce que l'on sait après la conférence du procureur de Lyon

ENQUETE Samedi, un individu a poignardé au hasard neuf personnes dans une station de métro dont un jeune homme de 19 ans qui est décédé...

Caroline Girardon

— 

Nicolas Jacquet, procureur de la République de Lyon, a fait le point sur l'enquête, 24 heures après l'attaque de Villeurbanne.
Nicolas Jacquet, procureur de la République de Lyon, a fait le point sur l'enquête, 24 heures après l'attaque de Villeurbanne. — Romain Lafabrègue/ AFP
  • Un jeune homme de 19 ans a été tué et 8 personnes ont été blessées lors d’une attaque près d’une station de métro à Villeurbanne.
  • Le suspect a tenu des propos « confus et incohérents » lors de sa garde à vue.
  • «20 Minutes» fait le point sur les derniers éléments livrés par le procureur de Lyon.

Vingt-quatre heures après l’attaque de Villeurbanne, le procureur de la République de Lyon a livré quelques informations essentielles sur l’avancée de l’enquête et sur le profil de l’assaillant. Samedi, le suspect s’en est pris au hasard à un groupe de passants à la station de métro Laurent-Bonnevay, tuant un jeune homme de 19 ans et blessant huit autres personnes. 20 Minutes fait le point.

Que sait-on du principal suspect ?

Il s’agit d’un homme de nationalité afghane « connu sous deux identités différentes ». Son âge reste indéterminé puisque l’individu a notamment déclaré trois dates de naissances. « Il aurait 33, 31 ou 27 ans », précise Nicolas Jacquet, le procureur de la République, ajoutant que l’assaillant se trouvait en France depuis le mois de juin 2016. Résidant dans un centre d’hébergement pour réfugiés à Vaulx-en-Velin, il était titulaire d’une carte de séjour temporaire valable jusqu’au mois de janvier 2020.

Le suspect se serait déjà rendu en France, une première fois en 2009 alors qu’il était probablement mineur à l’époque. Avant de franchir les frontières de l’Hexagone, l’homme a vécu en Italie en 2014 puis en Allemagne, l’année suivante. En 2016, il s’est rendu en Norvège où il est resté quelques mois. Il a également séjourné en Angleterre à une date qui n’a pas été précisée. Le parquet ajoute qu’il n’avait aucun antécédent judiciaire et qu’il n’est « pas connu des services spécialisés au titre de la radicalisation ».

Contrairement à certaines informations véhiculées samedi après-midi, l’homme a agi seul et n’était donc pas accompagné d’un éventuel complice.

Pourquoi les enquêteurs écartent pour l’instant la piste terroriste ?

Si certains témoins ont affirmé avoir entendu l’homme faire état de « propos religieux », de « nombreux autres » ont relaté un comportement « incohérent et délirant », selon Nicolas Jacquet. L’assaillant, pris à partie par la foule et prostré, a été arrêté vers 16h40 soit un quart d’heure après être passé à l’acte. Plusieurs témoins l’ont raisonné dont trois chauffeurs TCL, qui l’ont ainsi persuadé de lâcher ses armes.

Lors de sa garde à vue, le suspect de confession musulmane a, de nouveau, tenu des propos « confus et incohérents », expliquant avoir agi après avoir « entendu des voix critiquer Dieu » et lui « donnant l’ordre de tuer ». Muni de deux couteaux et d’une broche de barbecue, il s’est rendu à la station de métro afin d’accomplir sa mission et a cru reconnaître dans la première victime qu’il a agressé, « un individu avec lequel il était en contentieux » depuis son séjour en Angleterre. La « vengeance », explique-t-il, l’aurait ainsi incité à porter les premiers coups de couteau.

Lors de la perquisition de sa chambre, les enquêteurs n’ont trouvé aucun élément permettant d’établir une connexion avec une entreprise terroriste et rien prouvant que le suspect aurait pu se radicaliser ces derniers mois.

Enfin l’expert psychiatre, qui l’a examiné dimanche matin lors de sa garde à vue, évoque « un état psychotique envahissant avec délires paranoïdes à thématiques multiples dont celle du mysticisme et de la religion ».

Qui est le jeune homme décédé ?

Peu d’informations ont filtré sur les victimes, si ce n’est qu’elles sont âgées de 19 à 76 ans. Le jeune homme, qui est décédé, était originaire de Savoie, précise le parquet de Lyon. Il s’appelait Timothy et avait fait l’école hôtelière de Challes-les-Eaux près de Chambéry. En 2017, il avait obtenu un CAP de pâtisserie. Puis il avait complété sa formation pour devenir traiteur, indique de son côté Le Parisien.

Le jour du drame, le garçon se rendait au festival Woodstower, qui se tenait dans le parc de Miribel Jonage à proximité de Lyon. Habitué de ce genre d’événement et passionné de musique, il aurait déclaré à un passant de 17 ans, qui a tenté de lui prodiguer les premiers secours, afficher « 73 festivals » à son compteur.

Trois blessés, qui se trouvaient en état d’urgence absolue samedi soir, ont vu leur état de santé s’améliorer. Deux d’entre eux sont toutefois encore à l’hôpital. Par ailleurs 11 personnes, qui se trouvaient sur place au moment du drame, ont déposé plainte pour troubles psychologiques liés à l’agression.