Strasbourg : Plus de 3000 logements privés inoccupés depuis trois ans

LOGEMENT Un programme lancé il y a trois ans a déjà permis de faire revenir 230 logements dans le parc locatif

Nils Wilcke

— 

Il y aurait 3.400 logements vacants sur l'Eurométropole de Strasbourg (Illustration)
Il y aurait 3.400 logements vacants sur l'Eurométropole de Strasbourg (Illustration) — G. Varela / 20 Minutes
  • Il y aurait 3.400 logements qui seraient laissés vides dans l’Eurométropole de Strasbourg, dont 2.200 rien que dans la ville, selon le décompte officiel.
  • C’est pour cette raison qu’un programme baptisé « Mieux relouer mon logement vacant » a été lancé en 2016.
  • Objectif : identifier les freins à la location chez les propriétaires et leur fournir une aide à base de subventions et d’information. Une stratégie qui a permis de faire revenir 230 logements dans le circuit locatif en trois ans.

Depuis trois ans, Strasbourg fait la chasse aux logements vacants. Il y en aurait 3.400 qui seraient laissés vides dans l’Eurométropole, dont 2.200 rien que dans la ville, selon le décompte officiel.

Une situation d’autant plus inacceptable que le « parc social » de Strasbourg « ne peut pas répondre à toutes les demandes », explique Syamak Agha Babaei, vice-président de l’Eurométropole. C’est pourquoi cette dernière a lancé en 2016 un programme baptisé « Mieux relouer mon logement vacant », avec pour objectif de réduire leur nombre.

Mauvaise expérience de location

Première étape, réaliser un portrait-robot de ces propriétaires qui laissent leurs logements à l’abandon. L’objectif : connaître leurs motivations pour mieux cibler les principaux freins à la location. S’agit-il de groupes immobiliers spéculateurs ou de fonds de pension ?

« Contrairement aux idées reçues, ce sont plutôt des personnes âgées, qui possèdent un ou deux logements pour financer leur retraite, qui ont eu le plus souvent des mauvaises expériences avec un locataire », selon Syamak Agha Babaei.

Certains d’entre eux se sentent dépassés par la nécessité de rénovation de leur logement et ne connaissent pas les dispositifs d’aide à leur disposition. Comment leur redonner envie de louer ? L’idée est de mettre en relation le propriétaire avec les entreprises pour rénover, les banques pour financer et les associations d’intermédiation locative.

Des solutions financières proposées

Les propriétaires se voient proposer des solutions financières s’ils pratiquent des loyers modérés. Une prime de sortie de vacance de 1.500 euros et une prime de conventionnement du même montant sont ainsi offertes. L’Agence Nationale de l’habitat (Anha) offre également un abattement fiscal de 70 à 85 % sur les loyers perçus.

Si les propriétaires prévoient d’importantes réparations, notamment énergétiques, l’Eurométropole et l’Anha s’engagent à subventionner jusqu’à 60 % du montant des travaux hors taxes. La collectivité a aussi créé un référencement d’une cinquantaine d’entreprises, qui proposent « un bouquet de prix acceptable », précise Syamak Agha Babaei.

Grâce à ce programme, 230 logements sont revenus dans le circuit locatif, selon l’Eurométropole, qui se fixe un objectif annuel de 100 logements. Lequel plafonne actuellement autour de 70 à 80 logements par an, comme l’indique le vice-président Syamak Agha Babaei, qui veut intensifier le mouvement.