Un département permet de conduire malgré une suspension de permis pour alcoolémie

SECURITE ROUTIERE Le département valide la mise en place du dispositif d’éthylotest anti-démarrage

Mikaël Libert
— 
Une automobiliste subit un contrôle d'alcoolémie (illustration).
Une automobiliste subit un contrôle d'alcoolémie (illustration). — M.Libert/20 Minutes

Quand la voiture dit non à l’alcool. Dès la rentrée de septembre, les automobilistes du Pas-de-Calais contrôlés avec une alcoolémie positive pourront tout de même continuer à conduire leur véhicule sous certaines conditions. Le préfet de département a en effet décidé de mettre en place le dispositif  d’éthylotest anti-démarrage (EAD). A noter que le Nord avait servi de  département test dès la fin de l’année 2016.

Ce n’est pas du tout la porte ouverte au « roulons bien, roulons plein ». Il s’agit d’une mesure approuvée en janvier 2018 par le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) pour « lutter contre la récidive de conduite en état d’alcoolémie ». L’idée étant de permettre à un conducteur contrôlé avec une alcoolémie comprise entre 0,8 et 1,79 g/l de sang de continuer de conduire à condition que le véhicule soit équipé du dispositif.

Tous les contrevenants ne pourront pas en bénéficier

Mais attention, les conditions d’application sont drastiques et tous les contrevenants ne pourront pas en bénéficier. En premier lieu, il ne faudra pas avoir été contrôlé positif à l’alcool au cours des cinq années précédentes. Il s’agit donc d’un joker qui ne fonctionne qu’une fois. Il ne faudra pas non plus cumuler d’autres infractions en plus de l’alcoolémie et, en gros, être un professionnel de la route (taxi, chauffeur de transports en commun…).

Sont aussi exclus du dispositif les titulaires d’un permis de conduire probatoire, les personnes ne résidant pas en France et les automobilistes ne pouvant présenter leur permis au moment du contrôle.

Pour les autres, il reste un obstacle de taille. En effet, l’installation du dispositif anti-démarrage dans le véhicule se fera aux frais du contrevenant. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, le prix de l’appareillage peut atteindre 1.300 euros. Il est néanmoins possible de louer l’EAD pour la durée de la suspension. Le tarif est alors d’environ 100 euros par mois, sans compter la main-d’œuvre pour l’installation et le démontage. La dernière alternative, qui ne coûte rien, est bien sûr de ne pas boire avant de prendre le volant.