Nom de rue, devantures de commerces… Vos plus belles photos de typo vintage repérées dans la rue

PHOTOS DE CARACTERES Vous pouvez continuer à nous envoyer vos clichés de typographies anciennes repérées dans la rue

Ingrid Zerbib

— 

Ouvrez l’œil, les typographies vintage sont partout.
Ouvrez l’œil, les typographies vintage sont partout. — Photos de Guillaume Deleurence @GDeleur (à gauche), Gérard Gamain (en haut à droite), Richard Dumazet (en bas à droite)

Ces photos ne manquent pas de caractères. Après notre appel à photos, vous avez été plus d’une trentaine à nous envoyer vos clichés de typographies anciennes repérées dans la rue : la plaque d’un nom de rue, l’enseigne d’un chausseur, d’une boulangerie, d’une blanchisserie, d’un garage, d’une brocante, d’une mercerie, d’un pressing, d’une droguerie, une publicité peinte sur un mur en perdition…

« Une fois qu’on y pense, on en voit partout », c’est ce que nous a expliqué Guillaume Deleurence, alias@GDeleur, l’un des internautes qui a popularisé les hashtags #typovintage et #safaritypo sur Twitter et Instagram. Il suffit de taper ces hashtags pour scroller toute une collection de photos arborant ces caractères d’antan encore visibles dans nos rues.

« C’était en 2012, je lisais le manga japonais Quartier lointain de Jiro Taniguchi dans lequel il y avait de vieilles typos, et lorsque je me suis baladé dans mon quartier dans le 18e arrondissement de Paris, après, je me suis aperçu qu’il y en avait plein. Surtout sur des commerces des années 60 et 70, fermés ou toujours ouverts dans leur jus. Alors, j’ai commencé à prendre une quinzaine de clichés, et je les ai postés sur mon blog à l’époque. » Guillaume Deleurence a ensuite publié ses photos sur ses comptes Twitter (15.885 abonnés) et Instagram, et a rapidement été identifié comme l’un des adeptes de cette petite manie élégante.

Des internautes de tous les coins de France se mettent même à lui envoyer leurs photos pour enrichir sa collection. « Ça nous apprend à nous balader différemment, et à redécouvrir une ville » lui expliquent-ils. Par effet d’entraînement, il reçoit une vingtaine de photos sur cette thématique par semaine. « C’est passé rapidement d’une pratique intime à une pratique collaborative », résume-t-il.

Les comptes Instagram et Twitter @pixdar, @_Efbe et @102bis alimentent aussi activement le hashtag #typovintage. « Ce qui est bien, c’est que toutes ces typographies racontent une histoire, elles étaient moins standardisées que celles d’aujourd’hui. Par le soin apporté dans la réalisation de certaines enseignes, une mosaïque, des néons, par exemple, ça permettait aux commerçants de se démarquer et de montrer que leur commerce c’était leur projet de vie », analyse Guillaume Deleurence.

On parie que maintenant que vous avez lu cet article sur un passé bien présent, vous regarderez vos rues différemment, entre lettres et le néon. Alors, n’hésitez pas à continuer à nous envoyer vos photos en cliquant sur le bouton ci-dessous. Et admirez dans la galerie et la vidéo ci-après, les photos les plus réussies.