Colmar : Une maman apprend que sa fille a un cancer, ses collègues lui offrent 50 jours de congé

SOLIDARITE Un geste de solidarité qui permet à la mère de famille de rester aux côtés de sa fille, Clothilde, pendant sa chimiothérapie

Nils Wilcke

— 

Magalie Wacquant est « très touchée » par le geste de ses collègues de travail.
Magalie Wacquant est « très touchée » par le geste de ses collègues de travail. — Pixabay
  • Magalie Wacquant a appris le 17 mai que sa fille Clothilde, âgée de 16 ans, est atteinte d’un cancer du système immunitaire.
  • Cette secrétaire commerciale dans une entreprise de Colmar, dans le Haut-Rhin, se demandait comment elle allait pouvoir rester aux côtés de sa fille pendant sa chimiothérapie.
  • Ses collègues de bureau lui sont venus en aide en lançant une cagnotte de RTT, ce qui a permis à Magalie de récupérer 50 jours de congé.

Quand Magalie Wacquant apprend que sa fille Clothilde, âgée de 16 ans, est atteinte d’un cancer du système immunitaire, le 17 mai dernier, c’est tout son monde qui s’effondre. « Cela m’a fait un choc », confie cette secrétaire commerciale alsacienne de 43 ans.

Tout est parti d’une consultation chez le médecin généraliste pour une grosseur dans le cou de l' adolescente. La jeune fille passe une radio et une échographie puis un scanner du thorax. Les clichés révèlent la présence de ganglions. A partir de là, « le quotidien se transforme en une suite d'examens », explique Magalie Wacquant.

Une cagnotte de jours de RTT

La mère de famille « angoisse » : Comment va-t-elle concilier son activité professionnelle avec le traitement de sa fille qui doit suivre une chimiothérapie trois fois par semaine à l’hôpital ? Ce sont ses trois collègues de bureau qui lui fournissent la réponse en lançant une cagnotte de jours de RTT dans leur entreprise à Colmar, dans le Haut-Rhin.

Un geste de solidarité rendu possible par une disposition de la loi Mathys du 9 mai 2014 qui permet aux salariés volontaires, et en accord avec l’employeur, de faire don anonymement et sans contrepartie de tout ou partie de ses jours de repos à un collègue ayant un enfant gravement malade.

« Cela me fait chaud au cœur »

Magalie Wacquant apprend que ses collègues lui ont fait don de 50 jours. « Cela me fait chaud au cœur, je ne pensais pas recevoir autant de jours », confie-t-elle. Comme le don est anonyme, elle ne connaît pas tous les noms des généreux donateurs. C’est pour cette raison qu’elle a communiqué sur son histoire à la presse et notamment aux Dernières Nouvelles d'Alsace.

Depuis cette nouvelle, Magalie Wacquant est redevenue plus optimiste. « On dit que les gens deviennent plus égoïstes, ça prouve qu’il y a aussi de la solidarité ». Depuis, Clothilde poursuit son traitement et reste sous étroite surveillance. Avec sa maman à ses côtés.