Marseille : Le « bus secret » des quartiers Sud « mêle clientélisme et incompétence » pour l’opposition

TRANSPORTS Depuis dix ans, une ligne spéciale de bus dessert le sud de Marseille pendant l’été. Elle n’apparaît pas sur les sites officiels ni sur les panneaux d’affichage. L’opposition crie au clientélisme

Jean Saint-Marc

— 

Ce bus n'est indiqué nulle part et n'est connu que des habitants d'un quartier favorisé de Marseille.
Ce bus n'est indiqué nulle part et n'est connu que des habitants d'un quartier favorisé de Marseille. — J. Saint-Marc / 20 Minutes
  • Le « bus secret » qui dessert les quartiers Sud de Marseille n’apparaît pas sur les sites officiels ni sur les panneaux.
  • L’opposition crie au « clientélisme » et accuse la majorité LR de « chouchouter ses électeurs. »
  • Ni la RTM ni la métropole n’ont fourni de réelles explications.

Cela fait dix ans que cette ligne spéciale existe. Et pourtant, cet élu du secteur, bien rencardé sur les questions de transports, vient seulement d’apprendre son existence. Par hasard, sur une plage. « Je parlais des problèmes de transport à Marseille avec une touriste parisienne, raconte l’écologiste Hervé Menchon. Elle me répond qu’il y a un super bus entre Castellane et la Pointe Rouge. » Le conseiller d’arrondissement d’opposition s’étrangle : il n’a jamais entendu parler de cette ligne, appelée « 19A » ou « spécial MDM ». Logique : elle n’apparaît pas sur le site de la RTM et aucun affichage ne l’évoque aux arrêts concernés.

Le site Marsactu a révélé l’existence de ce « bus secret » ce samedi, ce qui a suscité l’agacement de nombreux usagers des transports en commun marseillais. L’agacement des élus, aussi : Hervé Menchon fustige « une énième tentative de séduction d’un certain secteur ». Il poursuit : « Une fois de plus, on chouchoute les électeurs qui votent pour l’équipe municipale en place. Mais en termes de transports en commun, l’exclusivité n’est pas acceptable ! C’est l’argent de tous. »

« Mélange de clientélisme, de cynisme et d’incompétence »

Même énervement au Parti socialiste : « Quand on privatise pour quelques-uns un transport public, c’est un mélange de clientélisme, de cynisme et d’incompétence à organiser les transports ! C’est pathétique », lance Benoît Payan, chef de file de l’opposition. Pour lui, les bénéficiaires de ce service sont « l’électorat et même les amis » de la majorité LR.

En 2014, les sixième et huitième arrondissements ont plébiscité la droite : 50,08 % des voix au premier tour pour la liste menée par Jean-Claude Gaudin. Même chose en 2008 : 52,09 % des voix pour la droite dès le premier tour. L’année suivante, le secteur a obtenu la création de ce bus spécial. Un bus qui évite aux résidents des très bourgeois quartiers de la Pointe Rouge ou de la Madrague de se mêler à la populace mouillée et transpirante qui fréquente les plages du Prado.

« Les habitants du huitième connaissent bien son existence »

« Nous avons dû nous battre, faire du lobbying, comme toujours, car la ligne 19 était saturée », raconte Yvette Rochette, présidente de la fédération des Comités d’intérêt de quartier (CIQ) du huitième arrondissement. Pour elle, le fait que le bus reste un secret bien gardé n’est pas un problème : « Il est inutile de le faire apparaître sur les sites puisque les habitants du huitième connaissent très bien son existence ! » Tant pis pour les autres.

« Sur le principe, cela pose question, comme si l’on avait un service public réservé à certains habitants », s’interroge Bernard Gargiolo, secrétaire général de la CGT-RTM. « Je n’ai pas d’explication à cette situation, ça a été conçu comme ça à l’époque, dit-on à la RTM. L’information, ce sont les CIQ qui la faisaient ! » Cette source s’étonne de cette polémique « pour une ligne qui en fonctionne que deux mois par an » et affirme que « les concernés sont au courant qu’elle existe, sans quoi les bus seraient vides. »

Un métro secret dans les quartiers Nord

Pourtant, même l’ancien vice-président de la métropole chargé des transports, Jean-Pierre Serrus (LREM) avoue son embarras : « Pendant mes deux ans aux transports, je n’ai jamais entendu parler de cette ligne. Une stratégie qui consite à faire un distinguo entre différentes catégories d’usagers d’un service public me surprend beaucoup. L’organisateur a une obligation d’information de tous les usagers ! » Son successeur, Roland Blum, n’a pas répondu à nos sollicitations ce lundi.

« Cette histoire peut au moins nous donner un espoir, conclut l’écologiste Hervé Menchon. Cela fait des années que l’on fustige des transports en communs défaillants… Et en fait, il y a peut-être un métro secret qui dessert Capitaine Gèze et les quartiers Nord ! »