VIDEO. Marseille : « Les filles veulent sortir avec l’inventeur de la saucisse au cannabis », la recette du succès pour Luca et ses saucisses Ouidi

GASTRO FUMETTE Luca Morand, un jeune boucher marseillais de 22 ans, a inventé les saucisses au CBD et cartonne depuis leur mise en vente

Adrien Max

— 

Luca Morand pose fièrement avec ses saucisses au cannabis, son invention.
Luca Morand pose fièrement avec ses saucisses au cannabis, son invention. — Adrien Max / 20 Minutes
  • Lucas Morand est boucher à Marseille, il a inventé la saucisse Ouidi, au CBD, qu’il vient de commercialiser.
  • Il remporte un vif succès grâce à son nouveau produit, pas moins de 10 à 15 kg de saucisse sont écoulés chaque jour.

« C’est parti d’un pétard. On mangeait un barbecue avec des potes, et après avoir fumé on avait encore faim. On s’est dit : « Plutôt que fumer et ensuite d’avoir faim, autant manger ce que l’on fume, comme ça on n’aura plus faim, et plus envie de fumer puisqu’on aura incorporé le truc ». C’est ainsi qu’a débuté l’aventure de la Ouidi, une chipolata au cannabidiol (CBD), une invention de Lucas Moraud, boucher de 22 ans à Endoume, dans le 7e arrondissement de Marseille.

Si le point de départ de la création de cette saucisse relève du « délire », son élaboration, beaucoup moins. « A la base je voulais mettre du cannabis avec THC mais j’ai dû me rabattre sur la version légale. Le marché du CBD est en pleine expansion, quand je suis allé voir mon vendeur il m’a expliqué que les plaquettes de chocolat à base de CBD se vendaient comme des petits pains. Du coup, je me suis rabattu sur ce que je savais faire : la charcuterie et la viande », explique le jeune boucher.

Trouver le juste équilibre

Il lui aura fallu pas moins d’un an pour élaborer cette recette spéciale, certifiée avec 0.0 % de THC, la substance psychotrope présente dans le cannabis. Au contraire du CBD, à qui l’on prête des propriétés relaxantes. « Ce n’a pas été facile de trouver le bon équilibre entre la saveur de la chipolata, et celle de la fleur. J’ai dû aussi adapter les quantités de CBD que je mettais à l’intérieur pour que les consommateurs ressentent les bienfaits de la molécule », précise Lucas.

Résultat, il commercialise ses saucisses Ouidi depuis samedi. « J’ai des ventes comme jamais ! J’écoule entre 10 et 15 kg de saucisse Ouidi, alors que c’est ce que j’écoule en général en un week-end, toutes saucisses confondues », n’en revient pas Lucas. Au prix de 50 euros le kilo, il a clairement senti le bon filon.

Une nouveauté qui plaît

En l’espace d’une heure passée derrière la vitrine de la boucherie LM, la dizaine de clients ont tous, à l’exception d’un ou deux, acheter les saucisses Ouidi. « Des amis parisiens qui sont là en vacances ont vu ça sur le net et ils m’ont chargé d’aller en acheter. Du coup j’ai appelé [mercredi] pour les réserver. C’est surtout la surprise qu’on recherche, et il faut encourager la nouveauté », explique Nathalie, la quarantaine.

C’est d’ailleurs principalement la nouveauté que les clients recherchent. Comme Monique, 53 ans, qui n’a jamais consommé de CBD : « C’est amusant, on trouve enfin quelque chose de différent. Je ne suis pas du tout inquiète des effets et j’encourage ce jeune qui prend des risques ». Lucas est de toute façon là pour les rassurer : « Ne vous inquiétez pas, il n’y a aucun effet psychotrope, vous sentirez tout au plus une décontraction dans les muscles ». Un de ses clients est venu lui rapporter que sa douleur au genou s’était atténuée après consommation.

Les saucisses « Ouidi », à base de CBD, créées par Luca Morand, boucher à Marseille.
Les saucisses « Ouidi », à base de CBD, créées par Luca Morand, boucher à Marseille. - Adrien Max / 20 Minutes

Une réussite à Marseille, mais aussi planétaire. « J’ai juste posté une vidéo sur Instagram et ça a fait le buzz. Tous les médias m’appellent, mon téléphone n’a jamais autant sonné. J’ai même reçu un coup de fil du Québec, une entreprise voulait ma recette pour faire des saucisses au cannabis, vu que c’est légal là-bas », en rigole-t-il.

Luca, la rock star

En attendant de voir quelle suite donner à cette aventure, Lucas a tout prévu : il a déposé la marque Ouidi et espère proposer d’autres produits à base de CBD comme du jambon ou d’autres saucisses. De quoi rendre fière sa mère avec qui il travaille. « Je ne fume pas, et je ne bois pas, donc il a déjà fallu que je digère l’idée de départ. Mais j’ai quand même trouvé l’idée géniale, je savais que ça allait marcher mais sûrement pas que ça prendrait une telle ampleur », confie-t-elle.

Une fierté aussi pour Lucas. « Avant j’étais un peu l’assassin du quartier avec toutes les histoires autour de la viande, aujourd’hui les filles veulent sortir avec le mec qui a inventé les saucisses à la weed », plaisante-t-il. En cas de légalisation du cannabis par l’Etat français, le jeune boucher prévient : « Je suis déjà prêt. Dès qu’ils donneront le feu vert, des saucisses à la beuh seront dans mes étals la seconde suivante ». En attendant, bon barbecue.