VIDEO. Gouvernement et médias : « C’est plus difficile d’être journaliste depuis l’élection de Macron »

POINT DE PRESSIONS La liberté d’informer est-elle menacée ? « 20 Minutes » a rencontré spécialistes de la presse, témoins, journalistes et politiques, pour tenter de comprendre les changements dans les relations entre le pouvoir et les médias

Emilie Petit

— 

«Point de pressions»: La presse est-elle moins libre depuis l'élection d'Emmanuel Macron ? — 20 Minutes
  • Media bashing, multiplication des lois visant à réguler la profession, difficultés rencontrées sur le terrain pour accéder à l’information : l’exercice du métier de journaliste est-il plus difficile depuis l’élection d’Emmanuel Macron ? La liberté de la presse est-elle menacée ?
  • Pour tenter de comprendre les changements dans les relations entre le pouvoir et les médias, 20 Minutes a décidé d’interroger des spécialistes de la presse, des témoins de débordements, des journalistes, mais aussi des acteurs du gouvernement.
  • Premier épisode de notre série « Point de pressions » sur les décisions gouvernementales vis-à-vis de la presse, depuis l’élection d’Emmanuel Macron, et l’impact de cet héritage « jupitérien » dont il se réclame.

« Les journalistes ne m’intéressent pas ». C’est dit. Et c’est signé Emmanuel Macron. Coup de com' ou simple maladresse ? Excès d’honnêteté ou vérité toute crue ? Au-delà des paroles, il y a les lois. Loi contre les fausses informations, loi sur le secret des affaires, création d’un conseil de déontologie, réforme de la loi de 1881... les médias semblent avoir rarement été autant secoués. Surprenant ? Emmanuel Macron avait pourtant prévenu, dès janvier 2018, l’ensemble de la profession : « La proximité à laquelle nous avions pu parfois nous habituer, je pense, n’était bonne ni pour le pouvoir politique, ni pour l’exercice du métier de journaliste. »

« Il est objectivement plus difficile d’exercer le métier de journaliste depuis l’élection d’Emmanuel Macron », assure Alexis Lévrier. Cet historien de la presse et des médias est catégorique : « Quand on se revendique de l’héritage gaulliste et bonapartien, ça pose un certain nombre de problèmes en ce qui concerne la liberté de la presse. » Car Emmanuel Macron est un jupitérien convaincu. Très loin de lui l’idée de marcher dans les pas de son prédécesseur. Vade retro, François Hollande ! Un président n’est pas « normal ».  Il est même « au-dessus ». Et son gouvernement aussi. Quitte à briser quelques règles, avec la perquisition des locaux d’un journal – Mediapart, en février dernier – et la convocation de plusieurs journalistes par la DGSI – huit au total. « Le problème, c’est qu’au nom de cette présidence jupitérienne, il a rendu relativement difficile le travail des journalistes », analyse Alexis Lévrier. Pour autant, « nous ne sommes pas dans une dictature. Nous ne sommes pas sous Poutine ou Erdogan ! », précise le spécialiste.

Un nombre « inédit » de violences sur les journalistes

Mais un certain nombre de points inquiètent. La France d'aujourd’hui n’est plus celle d’il y a vingt ans. Onzième au classement mondial de la liberté de la presse en 2002, elle est désormais 32e. Derrière la Namibie et Chypre, entre autres. « On considère que 32 sur 180 pays, ce n’est pas excellent du tout. Et c’est même très surprenant pour un pays comme la France », explique Pauline Adès-Mével, en charge de la partie Europe à  Reporters sans frontières.

En cause, des échanges musclés et récurrents entre les « gilets jaunes », les forces de l’ordre et les journalistes, ces six derniers mois. Et des chiffres « complètement inédits » : sur 120 incidents répertoriés par RSF, 54 journalistes ont été blessés, dont 12 par des forces de l’ordre. « Il y a eu, pour la première fois, des ITT (incapacités totales de travail) revendiquées par des journalistes après des violences, notamment policières », s’indigne la porte-parole.

« Il faut protéger cette mission des journalistes »

« La liberté de la presse présente des inconvénients. Mais moins que l’absence de liberté », disait François Mitterrand. Malgré les discours défiants des débuts, Emmanuel Macron ne semble, au fond, pas penser différemment. En atteste ses voeux aux journalistes, en janvier 2018 : « Lorsque le contre-pouvoir que la presse constitue commence à être bâillonné, limité, encadré […] c’est la vitalité de nos démocraties dans ce qu’elles portent depuis plusieurs siècles qui est ainsi bousculé. »

Et pourtant. Selon Alexis Lévrier, « il conçoit des lois qui sont potentiellement dangereuses pour la liberté de la presse ». Car une loi qui régit la presse existe déjà depuis… plus de 130 ans ! Sur laquelle empiètent celle du secret des affaires et celle contre la manipulation de l’information, dite loi « anti-fake news ». « Les journalistes ne sont pas au-dessus des lois, mais ils ont une mission spécifique qui est d’informer leurs concitoyens. Et on a compris, déjà en 1881, à quel point il faut protéger cette mission des journalistes. La loi de 1881 sur la liberté de la presse intégrait déjà un passage sur les fausses informations », ajoute-t-il.

Au-delà des frontières, l’Europe « touchée en son cœur »

Une menace persistante, et un media bashing  généralisé, des politiques aux citoyens : être journaliste, aujourd’hui, en France, semble plus compliqué. Mais l’Hexagone n’est pas le seul. Selon Pauline Adès-Mével, « c’est toute l’Europe qui est touchée en son cœur. Les conditions d’exercice des journalistes français, sur le terrain, se sont clairement détériorées par rapport aux années précédentes. Mais c’est dans tout le Vieux Continent que les choses se sont compliquées ».

Une journaliste de 30 ans assassinée en Bulgarie, en octobre 2018. Le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia à Malte, en 2017. Une jeune journaliste indépendante  tuée par balles à Londonderry, en Irlande du Nord, en avril 2019. « C’est là qu’on voit qu’en Europe, partout, il y a eu un recul de la liberté de la presse », souligne l’ancienne reporter de RSF. En France, heureusement, pas de morts pour l’instant. Plutôt de cinglants mots, qui, parfois, tombent du sommet.