Affaire Epstein: Une association affirme avoir reçu dix témoignages d'actes survenus en France

ENQUETE « Les plaintes sont mises en forme » par les avocats de l’association, et devraient ensuite être transmises au parquet de Paris ainsi qu’à la justice américaine 

20 Minutes avec AFP

— 

L'association Innocence en danger a reçu
L'association Innocence en danger a reçu — STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

« Dix témoignages », « principalement des victimes », concernant des actes liés à l’affaire Jeffrey Epstein « commis sur le sol français » ont été reçus par l’association Innocence en danger, a indiqué sa présidente Homayra Sellier, ce jeudi, confirmant une information du Parisien.

L’association Innocence en danger avait lancé, quelques jours après l’interpellation de Jeffrey Epstein, un appel à témoignages de témoins et de victimes des agissements dont il était accusé.

« Ce qui s’est passé a été commis sur le sol français, et probablement par des Français »

« Je pense qu’il y a deux ou trois témoins » dans les dix témoignages reçus, a précisé Homayra Sellier, les autres émanant de victimes. Ces dernières « ne sont peut-être pas toutes françaises, mais ce qui s’est passé a été commis sur le sol français, et probablement par des Français », a ajouté la présidente de cette association de protection de l’enfance.

« Les plaintes sont mises en forme » par les avocats de l’association, et devraient ensuite être transmises au parquet de Paris ainsi qu’à la justice américaine, a ajouté Homayra Sellier. Innocence en danger avait publié le 12 août, dans L’Obs, une lettre ouverte appelant le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, à ouvrir une enquête préliminaire sur l’affaire Epstein.

Plusieurs victimes du réseau de Jeffrey Epstein « de nationalité française »

« De source fiable, Innocence en danger a eu confirmation récemment que plusieurs victimes du réseau de prostitution, créé par Jeffrey Epstein et ses complices, sont également de nationalité française », y écrivait Homayra Sellier.

Dans cette lettre ouverte, Homayra Sellier assurait que son association avait transmis dès le 23 juillet un signalement à Rémy Heitz. « Malheureusement, nous constatons votre silence face au signalement effectué », écrivait-elle. Le jour de la publication de cette lettre, le parquet de Paris avait indiqué procéder à des « vérifications » afin de « déterminer si une enquête doit être ouverte sur le territoire français ».