SOS Vacances: Comment survivre quand on invite des végétariens à un barbecue

P'TITS TIPS (4/5) On les a attendues toute l’année, et pourtant, les vacances ne sont pas toujours un moment facile. Cette année, «20 Minutes» vous donne un coup de main pour passer un bel été

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Des brochettes de légumes sur un barbecue. Ne tenez pas compte du homard, cet article n'en parle pas. (illustration)
Des brochettes de légumes sur un barbecue. Ne tenez pas compte du homard, cet article n'en parle pas. (illustration) — SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA
  • Les complexes physiques, la peur de partir, trouver un bon plan… Les « problèmes » que peuvent poser les vacances sont multiples. Cet été, 20 Minutes a décidé de vous aider en cherchant quelques solutions.
  • Cette semaine, vous avez invité des amis et amies végétariennes voire véganes et vous ne savez pas quoi faire : on vous aide.
  • Rassurez-vous, des tas de légumes, et même des fruits, se prêtent très bien aux grillades.

« On est vraiment pas très saucisse », me disait, fin juillet, une amie devant le barbecue de la maison que nous avions louée pour quelques jours de vacances. Et pour cause, sur la grille : aubergines, champignons et poivrons. Une révolution culturelle dans ma tête et dans ma bouche. Depuis ma plus tendre enfance, grillades riment avec viande. Jamais je n’ai vu autre chose sur le barbecue du jardin familial que de la viande ou du poisson. Tout au plus voyait-on des pommes de terre, emballées dans du papier aluminium, nichées au cœur de la braise : un délice comme accompagnement, avec, premier tip de ce papier, un petit filet d’huile de noix (de rien).

C’est qu’en arrivant à Paris, et même dans l’est parisien, il faut bien s’adapter aux us et coutumes locales. Alors, si vous partez en vacances avec des amis et amies végétariennes voire véganes ou que vous en invitez chez vous, ne paniquez pas, ce sont des personnes comme les autres. Voici quelques conseils pour préserver la paix des ménages et vos (forcément) précieuses amitiés.

Globalement, tout se grille

Merci 20 Minutes, on est bien avancé. Dans le détail, l’autrice et traductrice culinaire Géraldine Olivo, autrice de Barbecue végétarien, conseille bien sûr, les légumes d’été. « Ils sont tendres et cuisent plus facilement. » Dans cette liste on trouvera l’aubergine (plutôt fondante), mais aussi les poivrons ou la courgette (plus croquants). Ces légumes semblent avoir beaucoup de succès auprès des amateurs et amatrices. Les champignons, de Paris ou autres, aussi. Géraldine Olivo conseille aussi les légumes racines (betteraves, par exemple) en croûte de sel.

Et puis, il y a bien sûr les substituts à la viande, saucisses végétales, ou de seitan, steak de soja ou d’autres préparations à base de légumes, comme le Beyond Meat. Ces options-là semblent recueillir moins de suffrages mais tout de même : Fanny, par exemple, ne les oublie pas pour « les soirées hot-dogs ou burgers ». « Le tofu est bon pour les protéines », ajoute Géraldine Olivo.

Ça prend du temps

Pas forcément beaucoup, c’est vrai, mais il faudra sans doute faire un peu plus de cuisine que quand on met, « simplement », sa viande sur sa grille. Parfois un simple assaisonnement suffira : « Avec un peu d’huile d’olive et d’origan », dit par exemple Augusta. Marie raconte, elle, la préparation de ses marinades pour ses brochettes de légumes qui ont « beaucoup de succès », même auprès de celles et ceux qui mangent de la viande : « Je coupe les légumes en assez gros morceaux et je les mets à mariner une ou deux heures dans de l’huile, de l’ail (deux ou trois gousses), des herbes et du miel (j’aime bien que ça caramélise). »

Plus court, les légumes racines en croûte de sel demandent une préparation à base de sel et de blanc d’œuf. Elsa, qui a découvert les barbecues vegan avec des amis sur les pistes de l’aéroport désaffecté de Berlin-Templehoff (so cliché), trouve qu’il ne faut pas être trop pressée, quand même, et donc pas avoir trop faim. « Ça ne cuit pas vite. Faut quand même prendre son mal en patience. Tu la fais durer ta saucisse car celle d’après ne va pas arriver tout de suite. »

Qu’est-ce que tu bois Doudou dis donc ?

Tout le monde n’est pas d’accord. Il est déjà de notoriété publique qu’accorder légumes et vin n’est pas toujours très facile. Qu’importe : pour le blog spécialisé iDealwine, globalement, on a « moins de chance de se tromper en choisissant un vin blanc bien sec, même simple ». Au contraire, pour Fanny, on prendra « du vin rouge ! Rosé à la rigueur s’il fait 40 degrés »… Auquel cas, autre tip de 20 Minutes, on conseillera d’éviter les grillades de toute façon. Quant à Valérie, elle préfère « le champagne. Bien frais », mais, forcément, c’est un autre budget. Notez qu’avec les pommes de terre (papier-alu, filet d’huile de noix, tout ça, voir plus haut), iDealwine conseille aussi du blanc sec, ou un rouge pas trop tannique.

Les fruits, ça le fait aussi

On y pense moins, pourtant, le barbecue peut aussi être l’instrument idéal des desserts. Les fruits, ça passe aussi bien à la grillade, d’après Géraldine Olivo, l’autrice de Barbecue végétarien. « On peut faire des brochettes de fruits. L’ananas s’y prête bien, par exemple. » Avec du lait de coco, notamment. Dans son livre, elle parle aussi de pamplemousse grillé. Marie aime bien les bananes au barbecue. Pour Valérie, c’est figues et abricots avec du miel.

Leave vos amis végé alone

Mais le principal « problème » d’un barbecue végétarien est sans doute moins au niveau des papilles que dans la tête. Même sans l’être soi-même, il n’est pas difficile de voir que les personnes végétariennes et véganes en ont déjà pas mal soupé (vous l'avez ?), des blagues sur leur compte. Le conseil de 20 Minutes : laissez les gens tranquilles, en général d’ailleurs. Que ce soit pour des raisons environnementales ou pour les animaux eux-mêmes, faire le choix de ne pas manger de viande se respecte, y compris sur une terrasse en plein été. Qui a encore envie de se prendre la tête sur les habitudes alimentaires de chacun et chacune ?

Si on en croit Marie, qui ne mange plus de viande depuis un an et un voyage en Suède, les choses avancent quand même dans le bon sens. « J’avais peur en rentrant en France que mon végétarisme fasse l’objet de moqueries mais en fait ça déclenche des discussions intéressantes et j’ai l’impression que les gens sont plus ouverts qu’il y a quelques années. » Pourquoi ? « Je pense que les questions relatives à la protection de la planète et au bien-être animal se sont démocratisées cette année, la prise de conscience autour du végétarisme/véganisme est réelle et ça fait moins "effet de mode". »