G7 à Biarritz: Des policiers organisent un «barbecue de la colère» face à la vague de suicides dans la fonction

POLICE Ce « barbecue de la colère » se déroulera ce vendredi à partir de 18h

Clément Carpentier

— 

Des policiers en deuil. (Illustration)
Des policiers en deuil. (Illustration) — F. Hernandez / 20 Minutes
  • Depuis le début de l’année selon la direction générale de la police nationale, 46 policiers se sont suicidés.
  • Organiser un « barbecue de la colère » est un pied de nez au directeur de la police nationale qui incitait en effet ses troupes au début du mois de mai à organiser des pique-niques, des sorties sportives, etc. pour renforcer la convivialité entre les fonctionnaires et lutter contre la vague de suicides.

C’est une forme de réponse au directeur de la police nationale, Eric Morvan. Celui-ci incitait en effet ses troupes au début du mois de mai à organiser des pique-niques, des barbecues ou encore des sorties sportives pour renforcer la convivialité entre les fonctionnaires et donc lutter contre la vague de suicides qui touche la fonction (46 depuis le début de l’année selon la direction générale de la police nationale (DGPN).

Le syndicat Unité SGP Police – FSMI FO a appelé, il y a quelques jours, les policiers à se réunir autour d’un « barbecue de la colère » vendredi à partir de 18h à l’occasion du G7 à Biarritz : « Oui, on peut le dire, c’est une forme de pied de nez car parler de pique-nique, baby-foot pour lutter contre les suicides, c’est une non-réponse de la part de notre hiérarchie et des autorités », explique Dominique Le Dorneur, membre du syndicat.

Plus de 10.000 policiers mobilisés sur le G7

L’objectif du syndicat est « de rassembler un maximum de personnes pour se faire entendre. Quoi de mieux que le G7 à Biarritz où on sera plus de 10.000 sur place. » « La situation n’est clairement plus tenable. Les troupes sont hyper sollicités et surtout, on a aucune vraie réponse. On réclame des états généraux le plus rapidement possible car il y a besoin de beaucoup de changements », insiste Dominique Le Dorneur.

Mais l’unité ne sera pas totale du côté des forces de l’ordre puisque l’Unsa-Police a décidé de ne pas s’associer à ce « barbecue de la colère. » « Comment peut-on organiser ce genre d’événement sur un sujet aussi sensible surtout pendant le G7 avec des risques potentiels de confrontations avec des manifestants. Nous, on vise la marche intersyndicale de septembre à Paris », rappelle David Michaux.

Pour se défendre Unité SGP Police – FSMI FO affirme qu’elle organise justement ce rassemblement le vendredi « pour ne pas mettre en péril le dispositif de sécurité puisque les différents événements n’auront pas vraiment commencé. »