Cinq infos dans le rétro: Macron prône la réconciliation, le XV de France brille et un navire de migrants toujours sans port

ACTU Ce qu’il ne fallait pas rater dans l’actualité de ce week-end

O. G. avec AFP

— 

Emmanuel Macron à Bormes-les-Mimosas, dans le Var, le 17 août 2019.
Emmanuel Macron à Bormes-les-Mimosas, dans le Var, le 17 août 2019. — Yann COATSALIOU / POOL / AFP

D’habitude, le lundi, ça pique. Mais quand on revient de deux, trois, quatre semaines de vacances, de soleil et de décrochage total de l’actualité, le retour au bureau peut s’annoncer un poil angoissant. Si vous avez profité des congés pour débrancher, pas d’inquiétude, 20 Minutes vous concocte, comme chaque dimanche soir, un petit condensé d’actu.

1. L’Open Arms toujours sans port

Les 107 migrants, dont deux enfants, à bord du navire de l’ONG Open Arms ne savent toujours pas s’ils pourront bientôt débarquer. Ce dimanche, plusieurs rebondissements sont intervenus dans cette sordide saga. Alors que le bateau Open Arms se trouve face à l’île italienne de Lampedusa et que l’Italie a fermé tous ses ports, le chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, a ordonné l’habilitation du port d’Algesiras pour recevoir le bateau Open Arms. Offre que l’ONG a refusée, jugeant « absolument irréalisable » de rallier le port proposé à cause de l'« urgence humanitaire ». Le ministère français de l’Intérieur a indiqué dimanche que la France s’était engagée à accueillir 40 migrants de l’Open Arms.

L’info en plus : Le ministre de l’Intérieur italien, le leader d’extrême droite Matteo Salvini, a laissé à contrecœur samedi débarquer 27 migrants mineurs non-accompagnés. Mais il continue à refuser le débarquement du reste des passagers.

Le navire humanitaire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms a jeté l'ancre jeudi juste en face de l'île de Lampedusa (Italie) avec 147 migrants à bord.
Le navire humanitaire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms a jeté l'ancre jeudi juste en face de l'île de Lampedusa (Italie) avec 147 migrants à bord. - Filippo MONTEFORTE / AFP

 

2. Le randonneur français toujours recherché en Italie

Une centaine de spécialistes et des dizaines de bénévoles étaient à l’oeuvre dimanche dans une zone resserrée dans le sud de l’Italie pour tenter de retrouver Simon Gautier, un jeune randonneur français qui s'est blessé il y a neuf jours. Sous un soleil de plomb, des équipes de pompiers spécialisés, des équipes cynophiles, des membres des secours alpins, un hélicoptère mais aussi des drones inspectaient chaque recoin de cette côte escarpée où la montagne et les falaises se jettent dans la mer.

Simon Gautier, un Français de 27 ans qui vit depuis deux ans à Rome pour rédiger une thèse en histoire de l’art, avait prévu une randonnée en solitaire de Policastro Bussentino à Naples. Mais vendredi 9 août, il a appelé les secours, expliquant être tombé d’une falaise et s’être cassé les deux jambes, mais sans pouvoir dire où il se trouvait.

L’info en plus : « Tous les sentiers qui pouvaient être parcourus à pied ont été inspectés. Désormais l’essentiel des recherches est du fait des experts », a expliqué à l’AFP un responsable des forces de l’ordre.

Le Français Simon Gautier a disparu lors d'une randonnée en Italie, au sud de Naples.
Le Français Simon Gautier a disparu lors d'une randonnée en Italie, au sud de Naples. - Heloise GREGOIRE / AFP

 

3. Daesh fait 63 morts lors d’un mariage à Kaboul

Un attentat kamikaze revendiqué par Daesh a fait au moins 63 morts et blessé 182 personnes samedi soir lors des festivités autour d’un mariage à Kaboul, en Afghanistan. « Les participants dansaient et faisaient la fête quand l’explosion s’est produite » peu avant 23h (20h30 heure de Paris), a témoigné un invité blessé par des éclats aux bras et à l’abdomen.

L’info en plus : Cet attentat meurtrier intervient au moment où la population afghane, exaspérée par la violence aveugle, espère la conclusion d’un accord entre les Etats-Unis et les talibans qui ouvrirait la voie à des négociations de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé.

4. Macron prône la réconciliation

Héroïsme et réconciliation. Emmanuel Macron a refermé la page des congés d’été à Bormes-les-Mimosas samedi. Lors d’un discours pour commémorer la libération de cette commune proche du fort de Brégançon, où il a passé les vacances, le président a évoqué l’héroïsme des résistants, les divisions récentes, la réconciliation nécessaire, mais aussi la rentrée chargée qui l’attend et notamment le dossier épineux des retraites. Visage bronzé, le président a insisté sur l’union de la nation après une année marquée par la crise des gilets jaunes : « Quels que soient les désaccords, aux grands moments de notre histoire nous avons su nous réconcilier pour avancer ». Le couple présidentiel s’est ensuite livré à un bain de foule pour conclure ses vacances avant de reprendre la route de l’Elysée et de recevoir Vladimir Poutine dès lundi.

L’info en plus : Brigitte Macron est apparue devant la foule le bras en écharpe. D’après nos confrères du Journal du Dimanche, la Première dame s’est luxé l’épaule vendredi en chutant à bord d’un bateau, lors des vacances présidentielles au fort de Brégançon, près de Bormes.

Brigitte et Emmanuel Macron à Bormes-les-Mimosas, dans le Var, le 17 août 2019.
Brigitte et Emmanuel Macron à Bormes-les-Mimosas, dans le Var, le 17 août 2019. - Yann COATSALIOU / POOL / AFP

5. Le XV de France écrase l’Ecosse

32/3. C’est sur une belle victoire que les Bleus ont conclu samedi soir leur premier match de préparation pour la Coupe du monde de rugby au Japon, qui débutera le 20 septembre. Et, aucun doute, les Français sont prêts. Face à l’Ecosse, la France a brillé à Nice. Un match qui a balayé les doutes et une belle récompense pour les 37 joueurs de Jacques Brunel qui se sont entraînés d’arrache-pied pendant un mois et demi.

L’info en plus : Comment le XV de France s’est entraîné pour briller lors de cette Coupe du monde japonaise ? Notre reporter revient sur ce mois et demi de préparation par ici.

Premier test pour le XV de France avant le Mondial au Japon.
Premier test pour le XV de France avant le Mondial au Japon. - Yann COATSALIOU / AFP