VIDEO. «Elle a 2x8 ans, pas blonde»... Qui est Jean-Luc Brunel, soupçonné d'avoir «livré des jeunes filles» à Jeffrey Epstein?

ENQUETE Cofondateur de l'agence de mannequins MC2, Jean-Luc Brunel a été associé pendant des années au financier américain accusé de trafic sexuel de mineures

Philippe Berry

— 

Jeffrey Epstein s'est suicidé dans sa cellule le 10 août 2019.
Jeffrey Epstein s'est suicidé dans sa cellule le 10 août 2019. — Uma Sanghvi/AP/SIPA
  • Le financier américain Jeffrey Epstein, qui s'est suicidé la semaine dernière, était accusé de trafic sexuel de mineures.
  • L'une de ses accusatrices affirme avoir été «forcée» à avoir des relations sexuelles avec le Français Jean-Luc Brunel.
  • Elle accuse Brunel d'avoir «livré des dizaines de jeunes filles» à Epstein via son agence de mannequinat MC2.
  • L'agent français avait fait l'objet d'une enquête de CBS en 1988 dans laquelle il avait déjà été accusé de viol.

Jeffrey Epstein n’aura pas à faire face à la justice. En se suicidant dans sa cellule, le financier américain accusé de trafic sexuel de mineures a mis fin aux poursuites le visant. Mais le département américain de la Justice l’a juré, ses éventuels complices seront traqués et poursuivis. Et parmi les documents judiciaires déclassifiés la semaine dernière, que 20 Minutes s'est procurés, deux noms reviennent à plusieurs reprises : celui de la très mondaine franco-britannique Ghislaine Maxwell, accusée d’avoir joué les rabatteuses pendant des années – ce qu’elle a démenti par le passé – et celui de Jean-Luc Brunel, un Français cofondateur de l’agence de mannequins MC2.

Virginia Roberts Giuffre, une victime présumée d’Epstein, affirme avoir été « forcée » à avoir une relation sexuelle avec Jean-Luc Brunel. Dans sa première plainte, en 2015, elle avait accusé l’agent français d’avoir « livré des dizaines de jeunes filles » mineures à Epstein. Contacté par 20 Minutes, l’avocat américain de Jean-Luc Brunel n’a pas donné suite. En 2015, l’intéressé avait démenti en bloc tout comportement inapproprié, dénonçant des « fausses histoires ». Joint par téléphone, un cadre de MC2 Miami a assuré que l’agence n’avait « plus aucun lien avec Mr Brunel » avant de raccrocher.

« Elle a 2x8 ans, pas blonde »

Jeffrey Epstein avait un système bien rodé. Selon la justice, l’ancien banquier d’affaires a constitué, au début des années 2000, un réseau d’une quarantaine de lycéennes et de collégiennes, certaines âgées de seulement 14 ans. Il les faisait venir à Palm Beach, Manhattan, ou sur son île de Little St. James, dans les Caraïbes. Ce qui commençait par un massage se terminait souvent par un « acte sexuel » rémunéré quelques centaines de dollars. Plusieurs victimes affirment avoir agi sous la contrainte, et Virginia Giuffre dit avoir été retenue comme « esclave sexuelle » avec la complicité de Ghislaine Maxwell pendant trois ans.

Virginia Roberts Giuffre tient une photo d'elle à 16 ans, quand elle a rencontrée Jeffrey Epstein.
Virginia Roberts Giuffre tient une photo d'elle à 16 ans, quand elle a rencontrée Jeffrey Epstein. - Miami Herald/TNS/Sipa USA/SIPA

Pour organiser un rendez-vous, les jeunes filles appelaient la ligne fixe d’Epstein, et des employés prenaient le message sur un calepin. Lors d’une perquisition, les autorités ont saisi des « centaines » de pages, et une douzaine ont été publiées. Deux messages datent de 2004-2005 et sont signés «Jean-Luc». Le second dit : « Il a une prof pour vous apprendre à parler russe. Elle a 2x8 ans, pas blonde. Les leçons sont gratuites et vous pouvez avoir la première aujourd’hui si vous appelez. »

Retranscription de deux messages qu'auraient laissés Jean-Luc Brunel à Jeffrey Epstein en 2004-2005.
Retranscription de deux messages qu'auraient laissés Jean-Luc Brunel à Jeffrey Epstein en 2004-2005. - Southern district of Florida

Selon les enquêteurs, ce message codé « signifie que [Brunel] lui envoie une fille russe de 16 ans pour un acte sexuel. »

Des accusations qui suivent Brunel depuis 30 ans

Ce septuagénaire, qui partage son temps entre la France et la Floride, est une personnalité bien connue des podiums français. Fondateur de l’agence Karins Models puis de MC2, il affirme dans un communiqué avoir lancé les carrières de Monica Bellucci, Milla Jovovich, Christy Turlington et Rebecca Romijn.

Les accusations contre lui ne datent pas d’aujourd’hui. En décembre 1988, CBS consacre un segment de son magazine 60 Minutes à la face cachée des agences en France. Intitulée American girls in Paris, l’enquête a depuis été retirée par la chaîne après des menaces judiciaires mais 20 Minutes a pu visionner une copie en ligne. Dedans, deux jeunes Américaines affirment avoir participé à des dîners organisés par Jean-Luc Brunel pour ses amis : « On était de la viande. La seule raison de notre présence, c’est que quelqu’un voulait nous ramener à la maison. »

Une autre jeune femme dit s’être rendue à « l’appartement de Jean-Luc » où il se trouvait avec « plusieurs amis ». Elle affirme avoir été droguée par « une puissante substance hallucinogène » avant de réussir à s’échapper. Une dernière jeune femme, elle, accuse directement Jean-Luc Brunel de l’avoir droguée : « J’ai eu un trou noir. La première chose dont je me souviens, c’est de m’être réveillée dans le lit de Jean-Luc. » « Vous avez été violée ? », demande la journaliste Diane Sawyer. « Oui, j’en suis sûre », répond la jeune femme. Cinq autres jeunes femmes accusent « Jean-Luc ou ses amis » de les avoir droguées. Dans une longue enquête publiée mardi, nos confrères de Mediapart donnent la parole à un ex-mannequin néerlandais, Thysia Huisman, qui affirme avoir été « droguée et violée » par Jean-Luc Brunel à la même période.

Jean-Luc Brunel dans une enquête du magazine américain «60 Minutes» diffusée en décembre 1988 sur CBS.
Jean-Luc Brunel dans une enquête du magazine américain «60 Minutes» diffusée en décembre 1988 sur CBS. - CBS

Quelques années plus tard, la Néo-Zélandaise Zoë Brock est envoyée à Paris par son agence. A son arrivée, elle séjourne dans l’appartement de Jean-Luc Brunel, avenue Foch. « J’avais 17 ou 18 ans. Pendant deux semaines, il n’était pas là. J’ai surtout vu ses amis, des quadras riches et dégueulasses. Ils emmenaient les filles aux Bains Douches ou au Palace [deux discothèques parisiennes] où ils avaient des tables », confie-t-elle à 20 Minutes, après avoir témoigné sur Medium en 2017. « Et puis Jean-Luc est revenu ».

« Quand je l’ai vu, il était assis sur son canapé, en train de couper de la cocaïne. Il m’a dit : ''One of zeeze days, we are going have sex you and me'' (''Un de ces jours, on va coucher ensemble'') »

L’ancien mannequin explique avoir fait semblant de prendre Brunel à la légère, mais elle est persuadée qu’il était sérieux. Quelques jours plus tard, « quand c’est devenu clair que je n’allais pas coucher avec lui, il m’a rétrogradée dans un deux-pièces crade de Pigalle, avec six ou huit filles dans deux chambres », poursuit-elle. Zoë Brock accuse Jean-Luc Brunel d’avoir sabordé sa carrière : « Il a dit à tout le monde, notamment en Italie, que j’étais une addict. » Remontée, elle insiste :

« Tout le monde de la mode et du mannequinat à Paris savait. Tout le monde a laissé ces prédateurs exploiter des jeunes filles mineures d’Europe de l’Est ou d’Amérique du Sud. »

Selon Zoë Brock, une célèbre directrice d’agence parisienne « envoyait encore des filles à Jean-Luc il y a un an. »

Dans le « petit livre noir » de Jeffrey Epstein

Les liens profesionnels et personnels entre Brunel et Epstein sont largement documentés. En 2015, Gawker publie le carnet d’adresses du millionnaire. Jean-Luc Brunel et son agence parisienne Karins Models y figurent avec une douzaine de numéros de téléphone. Le 21 juin 2002, l’agent français, Virginia Roberts Giuffre, Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein sont tous présents à bord du jet privé de l’homme d’affaires reliant Palm Beach aux Bahamas, selon le manifeste de vol. Et quand Brunel crée l’agence MC2 en Floride, en 2005, Jeffrey Epstein lui accorde une « lettre de crédit », selon un document judiciaire publié par Vice.

Dans sa déposition de 2010, l’ancienne comptable de MC2, Maritza Vasquez, déclare que Jeffrey Epstein et Jean-Luc Brunel obtenaient des visas pour faire venir des jeunes filles mineures aux Etats-Unis via l’agence. Selon elle, les jeunes filles étaient logées « dans différents appartements appartenant à Epstein. » Une enquête de Business Insider a révélé que beaucoup séjournaient au 301 East 66th, un immeuble de Manhattan comptant plus de 150 logements, la plupart propriété du frère de Jeffrey Epstein, Mark. Brunel y aurait parfois séjourné sans payer de loyer. Et quand Jeffrey Epstein plaide coupable de sollicitation de prostituée mineure et purge une peine aménagée de 13 mois de prison en Floride, en 2008, Jean-Luc Brunel lui rend visite en prison à 67 reprises, selon des archives consultées par le Guardian.

Vers une enquête en France ?

La relation entre les deux hommes se gâte par la suite. En 2015, Jean-Luc Brunel tente de porter plainte contre Jeffrey Epstein en Floride. Il réclame des dommages et intérêts, affirmant que la mauvaise publicité autour de son association passée avec le millionnaire lui a fait perdre des contrats – un manque à gagner qu’il chiffre à « plusieurs millions de dollars ». Mais en avril 2019, Brunel est débouté en appel pour une raison technique. Selon la loi de l’Etat, une plainte doit en effet être remise en mains propres ou au domicile de la personne visée, et Brunel n’a jamais réussi à notifier Jeffrey Epstein sur son île des Caraïbes. Selon un ancien procureur préférant s’exprimer anonymement, cette « erreur de débutant » suggère que la plainte n’était « pas très sérieuse ».

La résidence de Jeffrey Epstein sur son île de Little St. James, dans les îles Vierges.
La résidence de Jeffrey Epstein sur son île de Little St. James, dans les îles Vierges. - Miami Herald/TNS/Sipa USA/SIPA

Au-delà de Brunel, Jeffrey Epstein avait de nombreux liens avec la France. Il possédait notamment un logement dans le 16e arrondissement. Il a d’ailleurs passé trois semaines à Paris en juin dernier, et c’est à son retour qu’il a été cueilli par le FBI le 6 juillet. Enfin, son petit carnet noir renfermait plusieurs dizaines de contacts français (hôtels, restaurants, taxis), et la section « massage Paris » comptait une vingtaine de prénoms de jeunes femmes. C’est dans ce contexte que les secrétaires d’Etat Marlène Schiappa (Egalité femmes/hommes) et Adrien Taquet (protection de l’enfance) ont réclamé lundi l’ouverture d’une enquête pour faire « toute la lumière » sur ses liens avec la France. Zoë Brock l’attend avec impatience.