SOS Vacances: Comment assumer son corps en maillot à la plage

P'TITS TIPS (3/5) On les a attendues toute l'année, et pourtant, les vacances ne sont pas toujours un moment facile. Cette année, « 20 Minutes» vous donne un coup de main pour passer un bel été

Jean-Loup Delmas

— 

Corps sur la plage
Corps sur la plage — AFP
  • Les complexes physiques, la peur de partir, trouver un bon plan… Les « problèmes » que peuvent poser les vacances sont multiples. Cet été, « 20 Minutes » a décidé de vous aider en cherchant quelques solutions.
  • Cette semaine, nous nous penchons sur le douloureux passage en maillot de bain pour de nombreux Français et Françaises (dont nous-même).
  • Voici cinq tips pour se sentir à l’aise avec son corps et se dorer la pilule à la plage sans pression.

Quel merveilleux moment que l’été, entre les vacances, les barbecues, les plages, l'apéro et les siestes devant le tour de France. Mais le farniente connaît aussi des moments moins funs, comme le rosé pamplemousse, les abandons annuels de Thibault Pinot ou pire encore, le passage en maillot de bain, redouté par beaucoup. En juin, les rédactions des médias Ohmymag et Femme Actuelle lançaient un sondage auprès de 1.200 femmes de leur communauté. Verdict sans appel : plus de 60 % des sondées étaient mal à l’aise à l’idée de montrer leur corps sur la plage, dont 45 % refusant toute activité en maillot sur le sable.

Rien d’étonnant selon Christine Détrez, sociologue et autrice de La construction sociale du corps (Ed. Points) : « Les études montrent que paradoxalement, plus le corps se dénude, plus les contraintes sont fortes. Quand les jupes raccourcissent, les jambes doivent être épilées, quand les chapeaux ne sont plus obligatoires, la chevelure doit être teinte et impeccablement coiffée, quand le corset disparaît, les muscles doivent assurer la finesse de la taille. Pour le maillot, de même, plus il a révélé des parties du corps, plus celles-ci doivent être maîtrisées, fermes, sans défaut. »

Et le problème n’est pas que féminin, comme nous l’explique la psychologue Agathe Pingusson : « Les hommes se mettent aussi beaucoup de pression là-dessus. Ils veulent avoir des abdos visibles, pas de poignées d’amour… Les injonctions sont nombreuses. » Bon, avec nos kilos en trop et notre ventre à bière, elle prêchait un convaincu. Mais à 20 Minutes, on a décidé de mettre la plume dans le bourrelet et de trouver cinq petits tips pour mieux assumer son corps à la playa.

Démythifier le regard des autres

Sartre l’avait bien dit : « L’enfer, c’est les autres, surtout à la plage », même si on a un doute sur la fin de la citation. Le fameux regard des autres, tant redouté sur le sable, est pourtant « à remettre à sa bonne place » pour Agathe Pingusson. Primo, il faut arrêter de penser que les vacanciers passent leurs temps à juger notre anatomie en maillot : « Bien souvent les gens se regardent eux-mêmes. On se regarde plus soi qu’on ne regarde les autres. »

Mais si vos voisins de serviettes n’ont que ça à faire de zieuter votre plastique pendant leurs rares RTT, dites-vous que c’est probablement plus positif que négatif : « Le regard est attiré par ce qu’il trouve beau. Il ne va pas s’attarder sur quelque chose qu’il considère inesthétique, décrypte la psychologue. Si quelqu’un vous regarde, c’est probablement qu’il aime quelque chose chez vous, qu’il envie quelque chose dans votre corps, et non pas qu’il n’aime pas ce que vous n’aimez pas vous-même. »

Vraiment ? « Il ne faut pas oublier que les autres sont dans le même questionnement que nous sur leurs corps, s’ils regardent le voisin, c’est pour voir ce que le voisin a de plus. Le cerveau est câblé pour regarder le positif. »

Lire de la sociologie

Ha, c’est sûr que ça change des conseils tout bidon « Souriez devant le miroir pour vous accepter ». Ici, c’est votre cerveau qui va bosser, grâce aux bons conseils de Christine Détrez : « Il faut déconstruire les stéréotypes, prendre du recul sur nos normes, toutes ces contraintes qui nous enferment. Travailler sur nos propres jugements : pourquoi ai-je pensé cela, pourquoi ai-je fait cette réflexion ? Réfléchir aussi à nos remarques, pour que nos filles, elles, se sentent bien. » Bref, troquez votre bouquin de Marc Levy par un Stéphanie Pahud ou un Anne-Charlotte Millepied dans votre sac de plage. En plus de vous épargner un livre d'une platitude qui n'a d'égal que le ventre de Bella Hadid, cela vous permettra de prendre du recul et de lutter contre les stéréotypes sociaux qui nous pourrissent la vie.

Penser son corps fonction plutôt que son beauty body

« Je vois des patients et des patientes qui n’osent pas s’asseoir à la plage de peur que des plis apparaissent sur leur ventre. Mais le pli, cela a du sens, ça permet de s’asseoir, se plier, un corps c’est souple, ce n’est pas fait pour être rigide », plaide Agathe Pingusson. Pour elle, au-delà de sortir des diktats de beauté, c’est la notion même d’esthétisme du corps qui est à remettre en question et à bannir.

« Un corps, c’est un outil, et si on le voit dans sa dimension pratique plus que dans sa dimension de beauté, on apprend à l’aimer. Il faut voir les incroyables capacités qu’il a plus que les imperfections », poursuit la psychologue. Etirez-vous, allez nager, sautez, mais profitez de votre body. Ce qui nous amène au point suivant (l’art des transitions chez 20 Minutes).

Couper les réseaux sociaux

Un grand classique, on vous l’accorde. Mais vu que ça ne fait pas de mal de le rappeler, allons y avec Hervé-Charles Léger, consultant-coach en confiance en soi et en estime personnel : « Si vous vous comparez à ces images retouchées, mises en scène… vous allez passer un été difficile. Maintenant, si vous regardez les gens heureux sur la plage, celles qui profitent, courent, jouent avec leurs enfants… » Eh oui, profitez de vos proches sur la plage plutôt que de savoir si vous avez plus ou moins de gras qu’Emily Ratajkowski ou Ryan Gosling (d'autant qu'il y a 9 chances sur 10 que ce soit le cas), ça rendra tout de suite les vacances plus fun. On en a même fait un article.

Tout bien faire lors du choix du maillot

C'est l’une des étapes clés pour se sentir à l’aise. Fini les considérations métaphysiques sur le corps ou les bouquins de sociologie, on passe à la pratique avec Agathe Pingusson : « Il faut prendre le temps d’aller trouver un maillot dans lequel on se sent bien, confortable, à la bonne taille, s’autoriser à se sentir bien dans son maillot, qu'importe s'il est plus large que l'année dernière. Et pour une fois, utiliser la mode et les multiples textiles et couleurs dont elle dispose à notre avantage, pour trouver LE maillot dans lequel on se sent bien. »

Pour Hervé-Charles Léger, il faut même faire de l'achat du maillot une affaire collective, avec proches, conjoint(e) et bonne compagnie pour profiter de ce fan-club : « Regardez les regards positifs qu’ils vont porter sur vous lors de ces essais. Enregistrez bien leurs compliments. Habituez-vous chez vous à porter ces vêtements d’été et prenez le temps de vous sentir à l’aise dans ces nouvelles tenues. » Avant de parader fièrement sur la plage de votre choix, tête haute et bidou au vent, mains sur les hanches, regard tendu vers l'horizon, désormais maître de vos bourrelets, capitaine de votre gras.