Légendes sexuelles : Le tatouage en anneau autour du bras représente-t-il un record de fist-fucking ?

FUCK NEWS (4/4) Les « fake news » n’épargnent pas la sexualité. A l’occasion des 50 ans de l’année érotique 1969, « 20 Minutes » traque cette semaine les légendes urbaines coquines, rumeurs olé olé et les « on dit » (parfois avérés)

Romain Lescurieux

— 

Deux tatouages en forme d'anneau autour d'un bras
Deux tatouages en forme d'anneau autour d'un bras — SIPA PRESS
  • Parce qu’on a tous déjà entendu de drôles de rumeurs ou des légendes urbaines à caractère sexuel, 20 Minutes s’est emparé du dossier.
  • La « biscotte » des rugbymen, la tarte aux fraises comme invitation à l’échangisme, l’orgasme en faisant du sport… Nombreuses sont les croyances qui circulent et intriguent.
  • Aujourd’hui, dans le dernier chapitre de notre série, on éclaircit le mystère autour d’un tatouage et d’une pratique : le fist-fucking.

« Il est chouette ton tatouage ». « Oui, j’avais envie d’un anneau autour du bras. Je l’ai fait il y a quelques années, lors de mon retour de road trip en Asie ». Si vous êtes en vacances au bord de la piscine avec des amis, cette scène est d’une banalité confondante. A moins que… Une légende urbaine évoquerait une tout autre grille de lecture, beaucoup plus chaude.

Le tatouage en forme d’anneau ou de cercle sur le bras (armband tattoo, en anglais) serait-il un code relatif au fist-fucking, pour signifier jusqu’où l’on a rentré son poing (ou son bras) dans l’anus d’un partenaire ? Pure invention ou réalité ? Cet été, 20 Minutes met à nu les rumeurs olé olé.

De quoi parle-t-on ?

Il s’agit d’un tatouage représentant un trait, formant un anneau tout autour du bras ou de l’avant-bras. Il représenterait une sorte d’échelle de graduation liée à un record de fist-fucking (FF). Cette pratique sexuelle, qui a émergé en Californie dans la deuxième moitié du XXe siècle, consiste à introduire le poing – éventuellement le bras – dans un orifice comme l’anus. « Tout le monde a une main et un trou du cul. Cela crée pour chaque individu, indépendamment de son sexe, deux possibilités, d’être fisteur ou fisté », expliquait il y a quelques années, à 20 Minutes, Marco Vidal, auteur de Fist (Ed. La Découverte).

« Historiquement, le fist s’est développé dans les lieux plutôt marginaux, comme ceux consacrés au bondage SM. Il en a d’ailleurs repris le langage "top" ou "bottom", "maître" ou "esclave". Mais dès cette époque, on voit apparaître une divergence. Les pratiquants du SM ne comprennent pas le fist, car ils ne retrouvent pas les rôles dominé-dominant aussi affirmés et ne comprennent pas la forme de délicatesse que le fist exige », ajoutait-il. Et concernant le tatouage ? C’est sur Twitter que de nombreux internautes évoquent cette marque, son sens « caché » ou « méconnu ».

D’où ça vient ?

Il est très difficile de dire précisément d’où vient ce tatouage. D’autant que ce motif a d’autres significations. Selon différents sites de salons de tatouage consultés par 20 Minutes, « les tatouages ​​de brassard noir sont utilisés pour transporter les souvenirs d’un parent perdu ou d’un ami. Cette signification est dérivée des vêtements de brassard noir qui ont été traditionnellement portés comme un signe de deuil », lit-on ici. D’autres évoquent une référence aux bracelets de guerre du temps des Romains, ou encore à ceux qui étaient faits à une époque aux prisonniers japonais en fonction de leur crime. Les deux bandes représenteraient aussi, dans la communauté LGBT, un symbole de lutte pour l’égalité.

Ça existe ou pas ?

Oui, ça existe. « Ce tatouage a effectivement une signification dans le milieu fetish SM gay. Il indique que la personne pratique le fist-fucking. Tatouage a gauche : la personne a une prédominance à se faire fister. Tatouage a droite : la personne est active en fist. La hauteur du tatouage sur le bras ou l’avant-bras indique la profondeur du fist », détaille à 20 Minutes Sylvain, 42 ans, pratiquant le fist-fucking depuis « cinq ans en actif, trois ans en passif, mais avec une attirance pour le FF plus ancienne ».

Ce qu’en dit l’expert

Contacté par 20 Minutes, François, qui a fondé la Fistinière en 2007 avec son compagnon Juan-Carlos, raconte : « Parmi mes connaissances qui pratiquent le fist-fucking, certains ont ce tatouage, qui signifie la profondeur atteinte lors d’un fist », explique-t-il. « C’est relativement récent. Cela s’est développé avec l’engouement pour le tatouage, en même temps que le développement de la pratique du fist en France, depuis une quinzaine d’années. Initialement, le FF représentait une petite communauté. Quelqu’un a dû commencer à le faire et certains ont suivi. Un acteur porno du début des années 2000, connu pour cette pratique, porte aussi ce tatouage de graduation », conclut François.