Légendes sexuelles : Apporter une tarte aux fraises à un dîner signifie-t-il que la soirée va devenir échangiste ?

FUCK NEWS (3/4) Les « fake news » n’épargnent pas la sexualité. A l’occasion des 50 ans de l’année érotique 1969, « 20 Minutes » traque cette semaine les légendes urbaines coquines, rumeurs olé olé et les « on-dit » (parfois avérés)

Romain Lescurieux

— 

Une tarte aux fraises.
Une tarte aux fraises. — Pixabay
  • Parce qu’on a tous déjà entendu de drôles de rumeurs ou des légendes urbaines à caractère sexuel, 20 Minutes s’est emparé du dossier.
  • La « biscotte » des rugbymen, le tatouage symbole du fist-fucking, l’orgasme en faisant du sport… Nombreuses sont les croyances qui circulent et intriguent.
  • Aujourd’hui, pour le troisième volet de notre série, on éclaircit le mystère autour d’une pâtisserie rouge, croquante et crémeuse : la tarte aux fraises.

« Coucou, on a apporté une tarte aux fraises en dessert ». « Oh merci, c’est gentil, on adore ça ». Si vous êtes en couple et que vous êtes de temps en temps invités à un dîner chez un autre couple, cette scène est d’une banalité confondante. A moins que… Une légende urbaine évoquerait une tout autre grille de lecture, beaucoup plus chaude.

La tarte aux fraises apportée en dessert serait-elle un subtil code pour proposer une soirée échangiste à ses hôtes ? Pure invention ou réalité ? Cet été, 20 Minutes met à nu les rumeurs olé olé.

De quoi parle-t-on ?

A chaque fois, la même histoire, le même scénario, le même « on-dit », entendu de la Gironde à la Picardie en passant par la Touraine et Paris. « Dans mon village, on a toujours raconté que si on apportait une tarte aux fraises chez un couple, on était OK pour s’échanger », nous explique Grégoire, la trentaine. L’histoire se répète dans d’autres foyers, d’autres cercles.

Une farandole de tartes aux fraises
Une farandole de tartes aux fraises - SIPA PRESS

« Des amis d’amis auraient déménagé et ne connaissaient personne. À la sortie de l’école des enfants, une maman aborde une femme et discute avec elle plusieurs fois jusqu’à l’inviter à dîner. Elle lui précise qu’il faut qu’elle rapporte une tarte aux fraises. En insistant bien ! Alors, l’amie de mon amie trouve ça bizarre et rapporte une tarte aux fraises… Et à la fin de la soirée, l’hôte arrive avec le dessert, nue sous son tablier », raconte une internaute auprès de 20 Minutes. Sur Twitter, on retrouve quelques brefs échanges concernant ce plat bien particulier. Si bien que, à la rédaction de 20 Minutes, on ne voit plus cette pâtisserie du même œil. Alors, quelle est la vérité ?

D’où ça vient ?

C’est LA question. Impossible de mettre la main sur l’origine de cette légende. Une scène dans un film… ? « Fraise » rime avec « baise »… ? On a tout retourné. Rien. Nous avons retrouvé une trace dans la presse, dans un article de Glamour datant de 2018 : « 13 expériences à tenter pour un été brûlant ». Contactée, notre consœur est dans la même situation que nous et l’indiquait d’ailleurs dans son article. « Qu’on vous explique. On ne sait pas à quel point le mythe de la tarte aux fraises est répandu (ni même si ça existe vraiment) mais chez nos potes, venir à un dîner avec une tarte aux fraises, ça veut dire être potentiellement ouvert à un plan à plusieurs après (ou pendant) le dessert ». « La première fois que j’en ai entendu parler, c’était par des copains de mon école de commerce. C’était une blague qu’on se faisait pas mal dans ce cercle-là. Et puis après, d’autres copains qui l’ont appris par des potes m’en ont parlé. Pareil, personne ne sait vraiment d’où ça vient », nous explique-t-elle.

Ça existe ou pas ?

Non, ça n’existe pas. La réponse est unanime dans le milieu de l’échangisme et du libertinage. « Ça fait vingt ans que je suis dans le milieu, je n’en ai jamais entendu parler », nous indique-t-on aux Chandelles (1er arrondissement de Paris). Même son de cloche dans d’autres clubs de la capitale. « Je crois que ça n’existe pas », commente ainsi Pierre Des Esseintes, auteur de Osez le libertinage (éd. La Musardine). Retour similaire de Didier Menduni, rédacteur du guide France Coquine.

« J’habite en plein cœur du pays de la fraise, la fameuse gariguette du Périgord. Et si à chaque fois que j’ai amené une tarte aux fraises, j’avais dû aussi offrir mon corps, je serai mort d’épuisement depuis longtemps », rigole-t-il. Et de préciser : « Le monde libertin n’a pas attendu le XXIe siècle pour exister. Et avec les clubs et autres sites de rencontres, pas besoin de s’embarrasser avec une tarte aux fraises pour faire passer un message… »

Ce qu’en dit l’expert

« C’est certainement un code entre quelques amis ayant une habitude de l’échangisme. Pour lesquels la tarte aux fraises est le signal d’une soirée open. Mais en général, l’accord est plutôt verbal », explique à 20 Minutes   Philippe Brenot, psychiatre et anthropologue, directeur des enseignements de Sexologie et Sexualité Humaine à l’Université Paris Descartes. « C’est une légende, au même titre que les gens qui me signalent un coin drague en pleine nature qui n’existe pas. En fait, ils voudraient que ça le devienne, parce que ce n’est pas loin de chez eux… », abonde Didier Menduni.