St Malo : la plage sans tabac
St Malo : la plage sans tabac — Camille Allain / APEI / 20 Minutes

SANTE

Nice, Marseille, Biarritz ou encore Saint-Malo… Le tabac interdit sur une soixantaine de plages

Avec cette mesure, les municipalités espèrent lutter contre le tabagisme passif et protéger le littoral

Après les parcs, c’est maintenant sur les plages que de plus en plus de municipalités prennent des arrêtés interdisant le tabac. Désormais, les cigarettes sont bannies d'une soixantaine de plages du littoral français.

En 2012, la ville de Nice était la première à instaurer une plage sans tabac. Depuis, de nombreuses communes ont suivi le pas et ont adopté le label « plage sans tabac », instauré par la Ligue nationale contre le cancer. : La Ciotat, La Rochelle, Royan, Biarritz, Mimizan, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, le Grau-du-Roi, Saint-Malo, Ouistreham, Propriano, Ajaccio et, depuis début juin, Marseille.

Le mégot, l’un des déchets les plus jetés sur les plages

Pour ces communes, l’objectif est multiple : protéger les non-fumeurs, mais surtout les plus jeunes, du tabagisme passif, réduire l’initiation, aider les anciens fumeurs et protéger le littoral. Et le défi environnemental est de taille : selon le ministère de la Transition écologique, chaque année, 20 à 25.000 tonnes de mégots sont jetés dans la nature en France. Le mégot est d’ailleurs l’un des déchets les plus retrouvés sur les plages derrière les bouteilles en plastique.

Et il n’y a pas que sur les plages que le tabac est devenu persona non grata. Certaines municipalités, comme Paris et Strasbourg, ont pris des arrêtés pour interdire les cigarettes dans les parcs et les jardins publics. Début juin, la mairie de Paris a banni le tabac dans 52 espaces verts, soit 10 % des parcs et des jardins de la capitale. Du côté de Strasbourg, la mairie a choisi de mettre en place cette interdiction dans la totalité des espaces verts de la ville. Selon les chiffres de la Ligue nationale contre le cancer, communiqués par BFMTV, près de 1.570 « espaces sans tabac » existent désormais sur toute la France. L’organisme espère atteindre les 3.000 d’ici la fin de l’année 2020.