Affaire Steve Maia Caniço: Le préfet justifie l'interdiction du rassemblement en centre-ville de Nantes par crainte des violences

MANIFESTATION Plusieurs appels au rassemblement ont été lancés pour rendre hommage au jeune homme décédé ce samedi

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestants réunis le 20 juillet 2019 à Nantes, un mois après la disparition de Steve Maia Caniço
Des manifestants réunis le 20 juillet 2019 à Nantes, un mois après la disparition de Steve Maia Caniço — SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP

La découverte du corps de Steve Maia Caniço, lundi, dans la Loire, suivie de la diffusion du rapport de l’IGPN dédouanant la police, le lendemain, ont servi de catalyseurs. Depuis, les appels au rassemblement ce samedi, en centre-ville de Nantes, affluent sur les réseaux sociaux, sous les mots d’ordre « ni oubli ni pardon » et « marche blanche, colère noire ».

Objectif : rendre hommage au jeune animateur périscolaire, disparu le soir de la fête de la musique à la suite de l’intervention des forces de l’ordre sur le quai Wilson, en bord de Loire.

« Protéger le centre-ville »

Mais la préfecture de Loire-Atlantique a décidé jeudi d’interdire toute manifestation dans « une grande partie du centre-ville de Nantes le samedi 3 août de 10h à 20h. Un dispositif de sécurité adapté, réactif et mobile, sera déployé pour prévenir les violences, protéger le centre-ville et procéder, le cas échéant, aux interpellations des fauteurs de troubles », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Pour justifier une telle mesure, le préfet Claude d’Harcourt a déclaré ce vendredi qu’il ne voulait pas que « des individus volent à la collectivité le moment d’émotion qui est souhaité par tous les amis de Steve ». « Nous disposons d’informations concordantes sur la volonté d’un certain nombre de groupes d’activistes d’en découdre avec les forces de police, avec les institutions publiques », a-t-il ajouté, en référence à la venue ajoutée de membres du Black Bloc.

La famille « ne soutient pas » le rassemblement

De son côté, Me Cécile de Oliveira, avocate de la famille de Steve Maia Caniço, a assuré ce vendredi à l’AFP que la famille du jeune Nantais « ne soutenait pas » le rassemblement prévu ce samedi. « Ses proches n’acceptent qu’un soutien amical, artistique et pacifique », a-t-elle précisé.

Malgré tout, de nombreux manifestants comptent bien venir à Nantes rendre hommage à Steve. Beaucoup entendent d’ailleurs dénoncer plus largement « la répression grandissante et toutes les victimes des violences policières », à l’image du commentaire d’un internaute sur Facebook.

Le préfet a fait état de deux projets de rassemblements, l’un à 11h sur « l’île de Nantes dans un lieu qui est encore un peu imprécis » et l’autre à 13h en centre-ville « sur un des axes traditionnellement utilisé par les manifestations », notamment pendant les manifestations des « gilets jaunes ».