Sécurité routière: 75% des jeunes conducteurs utilisent leur portable au volant

CONDUITE Les conducteurs reconnaissent pourtant la dangerosité de l’usage du téléphone au volant

J.-L.D.

— 

Téléphone au volant (image d'illustration).
Téléphone au volant (image d'illustration). — SERGE POUZET/SIPA

Environ 75 % des conducteurs de moins de 35 ans​ utilisent leur téléphone portable au volant, même sur l’autoroute, selon une étude de l’Association française des sociétés d’autoroutes (ASFA) dévoilée ce vendredi.

Entre 2014 et 2018, les conducteurs de moins de 35 ans représentaient 18 % des automobilistes sur autoroute mais sont impliqués dans 43 % des accidents mortels liés à l’inattention.

Vers une loi plus sévère ?

Et leur rapport au portable pourrait expliquer bien des choses : dans cette catégorie de conducteur, près d’un sur deux affirme ne peut se passer de son téléphone plus d’une heure. Ils sont 25 % à le garder en contact visuel ou à portée de main. Toute catégorie d’âge confondu, 35 % des automobilistes admettent utiliser leur téléphone en conduisant.

Les Français interrogés trouvent aussi dangereux l’usage du téléphone au volant que l’alcool, les drogues ou la somnolence. L’usage du téléphone au volant pourrait être sanctionné de quatre points de permis de conduire (actuellement trois) tandis qu’en cas d’une infraction avec l’usage du téléphone, le permis pourrait être immédiatement retiré selon un article de la Loi d’orientation des mobilités (LOM) encore débattu.