Gironde: L'usine Ford de Blanquefort a arrêté définitivement sa production ce mercredi

SOCIETE Le constructeur automobile avait annoncé son désengagement du site girondin en février 2018

20 Minutes avec AFP

— 

Lors d'un mouvement des salariés de l'usine Ford de Blanquefort.
Lors d'un mouvement des salariés de l'usine Ford de Blanquefort. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

A leur arrivée à l’usine ce mercredi matin, les derniers salariés de Ford, à Blanquefort, ont été priés de rentrer chez eux. Le destin du site girondin du constructeur automobile était scellé depuis de longs mois. Avec quelques jours d’avance, l’usine a donc arrêté définitivement sa production de boîtes de vitesses ce mercredi après plus d’un an de conflit social.

Implantée depuis 1972 dans la banlieue de Bordeaux, elle a employé jusqu’à 3.600 salariés. En février 2018, la société américaine a annoncé sa volonté de se désengager de Blanquefort. Malgré l'implication du gouvernement, le constructeur automobile avait refusé en début d’année l’offre du strasbourgeois Punch-Powerglide, préférant appliquer son plan social.

Solution pour la moitié des 850 employés

Depuis l’homologation du Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) en mars, la moitié des 850 employés avaient retrouvé début juillet une solution, entre préretraites, reclassements, formations, transferts, selon un décompte syndical.

Ce matin « les gens étaient en pleurs. Ils ont été virés comme des malpropres », a dénoncé Eric Troyas, ancien secrétaire FO, en préretraite depuis juin qui accuse la direction d’avoir profité de la faible présence syndicale pendant l’été.

« La production est effectivement terminée », a confirmé à l’AFP Fabrice Devanlay, porte-parole de Ford France, selon qui le niveau de production était de toute façon déjà « très faible ».