Le train de primeurs Perpignan-Rungis suspendu jusqu’au 1er novembre

LIAISON Mais la ministre des Transports et de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a confirmé la reprise de cette ligne le 1er novembre

20 Minutes avec AFP

— 

Le train Perpignan-Rungis achemine chaque jour 1.400 tonnes de fruits et légumes au cœur de la capitale. (Illustration)
Le train Perpignan-Rungis achemine chaque jour 1.400 tonnes de fruits et légumes au cœur de la capitale. (Illustration) — MAISONNEUVE/SIPA

Actuellement en sursis, le train de fret transportant des primeurs de Perpignan au marché de Rungis est suspendu jusqu’au 1er novembre, a indiqué un vice-président de la Région Occitanie, à l’issue d’une réunion à Perpignan, ce mercredi.

«La liaison à vide, comme elle est réalisée depuis trois jours, n'est pas acceptable. Elle va s’arrêter aujourd’hui (mercredi) jusqu’au 1er novembre. A partir du 1er novembre va recommencer une liaison entre Saint-Charles (plate-forme de transport de Perpignan) et Rungis, telle qu’elle était, mais de manière transitoire, le temps de trouver une solution pérenne », a ajouté Jean-Luc Gibelin, vice-président de région.

Les primeurs s’engagent « à reprendre cette solution ferroviaire » le 1er novembre

La ministre des Transports et de la Transition écologique Elisabeth Borne a confirmé cette reprise le 1er novembre. « Alors que nous venons d’entrer dans la saison basse où peu de marchandises nécessitent d’être transportées, la réunion (…) a permis d’obtenir l’engagement des clients à reprendre cette solution ferroviaire transitoire dès la reprise de la saison haute au 1er novembre », a-t-elle indiqué.

« La liaison ferroviaire entre Perpignan et Rungis a maintenant un avenir. Dès la réunion du 17 mai au ministère (…), la SNCF s'était engagée à [maintenir] ce train jusqu'à la fin de la saison haute et avait proposé qu’il soit prolongé jusqu’à la fin de l’année, le temps qu’il y ait une solution ferroviaire pérenne qui prenne le relais », a-t-elle ajouté.

« C’est une mise à mort que prononce la nouvelle ministre de l’Ecologie »

Mais pour Thomas Portes, animateur du collectif « Sauvons le Perpignan-Rungis », syndicaliste de la CGT-Cheminots et responsable national des cheminots au PCF, « c’est une mise à mort que prononce la nouvelle ministre de l’Ecologie ! Elle acte le transfert de 25.000 camions sur les routes! » « Depuis le début, nous avions raison », a-t-il affirmé sur Twitter.

Un peu plus tôt dans la journée, il avait déclaré que la nouvelle ministre de la Transition écologique​ venait « de laisser partir pour le troisième jour d’affilée le train des primeurs vide depuis Perpignan en direction du MIN (marché d’intérêt national) de Rungis. Il y a l’écologie des mots et l’écologie des actes ».