Vacances: Pourquoi les campings investissent autant dans les espaces aquatiques

TOUS A L'EAU Illustration de la tendance en Vendée, le département qui abrite le plus de campings en France

David Phelippeau

— 

Le Pin Parasol, camping à La Chapelle-Hermier en Vendée.
Le Pin Parasol, camping à La Chapelle-Hermier en Vendée. — Le Pin Parasol
  • Les campings sont dotés d’espaces aquatiques de plus en plus importants.
  • En Vendée, il y a une vraie émulation entre tous les campings.
  • Les équipements aquatiques boostent forcément les réservations tous les étés.

Toboggans, tubes, piscines à vagues, lagunes bordées de sable, jeux d’eau… On croirait ces équipements réservés aux parcs à thème estivaux. Mais c’est bien à deux pas des tentes et des mobil-homes qu’on les trouve de plus en plus souvent. Confrontés à un secteur hyperconcurrentiel, les campings français rivalisent d’imagination dans le domaine des loisirs aquatiques. Illustration en Vendée, département qui abrite le plus d’hôtellerie de plein air en France (396 campings), où les « mini-parcs aquatiques » sont désormais légion.

« Dans les années 90, on a connu les premiers toboggans, ensuite, il y a eu une véritable accélération au début des années 2010, indique Franck Chadeau, président de la Fédération de Vendée de l’hôtellerie de plein air. Les patrons de campings sont à l’écoute de leurs clients… » A La Pomme de Pin, à Saint-Hilaire-de-Riez, sur la côte sud vendéenne. Bruno, le responsable, annonce qu’il va doubler la surface de l’espace aquatique qui va passer de 500 m2 à 1.000 m2. « On fait venir la mer dans le camping avec une plage, un couloir de nage », fait rêver Bruno. Des travaux qui vont impliquer de perdre quelques emplacements, mais le patron justifie cet investissement de l’ordre d’1 million d’euros (il comprend beaucoup d’autres aménagements) par le besoin « de se démarquer des autres campings » et l’envie « de jouer dans la cour des grands ».

Le camping La Pomme de Pin à Saint-Hilaire-de-Riez.
Le camping La Pomme de Pin à Saint-Hilaire-de-Riez. - La Pomme de Pin

Les clients sont demandeurs, ça booste les réservations

« Doter les campings d’équipements aquatiques, ça fait partie de la montée en gamme logique et de l’adaptation à l’évolution des besoins de la clientèle », explique Olivier Poirier Coutansais, directeur du département ingénierie touristique et de projets à Vendée Expansion, l’agence de développement du conseil départemental. Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’attribution de 5 étoiles pour un camping n’exige pas d’avoir un équipement aquatique dernier cri. Seul un espace suffit pour obtenir le Graal. « Des campings s’en sortent très bien sans, assure d’ailleurs Franck Chadeau. Ce n’est pas non plus la clé de la réussite de demain ! »

Dans le secteur de Saint-Julien-des-Landes, les quatre campings ont pourtant misé sur les espaces aquatiques pour attirer le plus de touristes possible. Comme au Village La Guyonnière, hôtellerie de plein air 5 étoiles. Quatre toboggans, deux espaces, dont un rénové l’été dernier, soit plus de 3.000 m2 pour s’ébattre dans l’eau. « Les gens passent tellement de temps dans la piscine, explique Thys Jaspers, un des trois responsables du camping. Au moment des réservations, la présence ou non des équipements aquatiques est ce qu’il revient le plus… Les clients sont demandeurs. »

Concurrence avec les vrais parcs aquatiques ?

Même constat, à la Chapelle-Hermier, commune voisine. « Le client a besoin de se baigner, et ici, il n’y a ni mer [l’océan atlantique se situe à une vingtaine de minutes], ni plan d’eau pour ça, il a fallu qu’on crée des espaces aquatiques avec mon mari, raconte Céline Martineau, co-responsable du Pin Parasol (5 étoiles). Un parc aquafun sensations avec plusieurs piscines et un autre rénové l’été dernier, nature et sens, avec entre autres un couloir de nage de 50 m et un espace balnéo. Et c’est un vrai succès quand on voit le taux de remplissage ! » On y répertorie ainsi cinq toboggans dont deux à bouée.

Le Pin Parasol à La Chapelle-Hermier.
Le Pin Parasol à La Chapelle-Hermier. - Le Pin Parasol

Ces campings « surdimensionnés » en matière aquatique entreraient-ils en concurrence avec les vrais parcs ? « On n’est pas du tout en concurrence avec O’Gliss Park par exemple, estime néanmoins Céline. On est complémentaires. » Thys du Village La Guyonnière balaie d’un revers de main cette rivalité : « Nous, par exemple, on ne se positionne pas sur des toboggans tape à l’œil, immenses, à sensations, mais plus sur des espaces aquatiques adaptés aux familles avec enfants. »