VIDEO. Qualifications de l'Algérie: 282 interpellations en France, 33 policiers blessés à Lyon

FOOTBALL La joie des supporters de l’équipe de foot d’Algérie a fait place dimanche soir à des heurts entre jeunes et forces de l’ordre

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers déployés dans le quartier de la Guillotière à Lyon après la victoire de l'Algérie sur le Nigeria en Coupe d'Afrique des nations, le 14 juillet 2019.
Des policiers déployés dans le quartier de la Guillotière à Lyon après la victoire de l'Algérie sur le Nigeria en Coupe d'Afrique des nations, le 14 juillet 2019. — AFP

Drapeau de l’Algérie sur les épaules, massés devant des télévisions sorties sur les trottoirs, des milliers de supporters des « Fennecs » ont explosé de joie dimanche soir en France après la qualification pour la finale de la CAN de leurs favoris, au bout du suspense. Des scènes de liesse qui ont parfois viré à l’affrontement. La joie des supporters a fait place dimanche soir à des heurts entre jeunes et forces de l’ordre à Lyon, à Marseille et sur les Champs-Elysées. Lundi matin, le ministère de l’Intérieur recensait 282 interpellations dans toute la France dont 249 ont été placées en garde à vue.

Les pompiers du Rhône avaient ainsi recensé peu avant 2h des dizaines de véhicules brûlés à Lyon-centre, ainsi que dans les villes voisines de Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Bron ou Villeurbanne. Ont également été dénombrés plus de cent feux divers (poubelles, barricades) sur la voie publique. A 2h, ils avaient relevé un total de 147 interventions sur le département. Après minuit, la préfecture a fait état de son côté de « beaucoup » de jets de projectiles contre les forces de l’ordre, notamment à Lyon-centre, Vaulx-en-Velin et Vénissieux.

Ce lundi matin, la Sûreté départementale du Rhône a indiqué à 20 Minutes avoir réalisé 7 interpellations dans la soirée à Lyon, cinq pour violences volontaires et outrages sur forces de l’ordre et deux pour vol avec effractions puis 5 autres dans la nuit pour un vol par effraction en réunion au préjudice du magasin Printemps, dans le 2e arrondissement. A Villeurbanne, trois personnes ont été interpellée pour des destructions volontaires de biens par incendie. Au cours de la soirée et de la nuit, 33 fonctionnaires de police ont été blessés et des véhicules de police ont été dégradés.

A Grenoble, quatre individus ont été interpellés selon Le Dauphiné Libéré. L’un est suspecté d’avoir participé à un rodéo, d’avoir refusé d’obtempérer aux sommations des policiers et de les avoir outragés. Un autre également pour outrage. Deux jeunes hommes de 17 et 19 ans ont été interpellés car soupçonnés d’avoir tenté de mettre le feu à du mobilier urbain.

Les forces de l’ordre, bombardées de projectiles à Marseille

Les échauffourées se poursuivaient également à Marseille aux premières heures de la journée lundi, entre supporters des Fennecs et forces de l’ordre. Vers 1h du matin, le face-à-face entre les policiers et CRS casqués et des centaines de jeunes souvent le visage masqué avec des drapeaux algériens ou des maillots de l’équipe se poursuivait vers la porte d’Aix, le cœur de la ville s’étant peu à peu vidé.

Alors que plusieurs feux de poubelles étaient traités par les marins pompiers de Marseille, dont certains sur les voies du tramway, les forces de l’ordre, bombardées de projectiles, bouteilles et pierres notamment, répliquaient avec des grenades lacrymogènes, et l’atmosphère était souvent difficilement respirable dans le cœur de la cité phocéenne aux points de rencontres entre les policiers et les jeunes supporters.

A 1h lundi, des dizaines de jeunes à scooters ou à motos improvisaient encore des concours de « wheeling », des rodéos ou faisaient brûler la gomme de leurs pneus sur le haut de la Canebière. D’autres, vers la porte d’Aix, avaient entrepris de démolir méthodiquement tous les abribus de la place.

Gaz lacrymogènes sur les Champs-Elysées

La situation s’est aussi tendue sur les Champs-Elysées et aux abords de l’avenue parisienne. Après des concerts de klaxons, la situation semblait quelque peu évoluer un peu avant 2h du matin dans la capitale. A plusieurs reprises, les forces de l’ordre, mobilisées en nombre pour parer d’éventuels incidents, ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule, massée autour des Champs-Elysées. Les policiers ont de leur côté été la cible de jets de pétards et de projectiles. Dans des rues adjacentes à la célèbre avenue, des jeunes ont renversé des scooters et des barrières. Selon la préfecture de police, 169 personnes ont été interpellées en marge des festivités du 14 juillet et de la CAN à Paris et en petite couronne.