Mort de Vincent Lambert: Une enquête en «recherche des causes de la mort» est ouverte

JUSTICE Vincent Lambert, en état végétatif depuis un accident de la route en 2008, est décédé ce jeudi matin à 8h24

Vincent Vantighem

— 

L'hôpital Sébastopol de Reims, où est hospitalisé Vincent Lambert depuis 2008.
L'hôpital Sébastopol de Reims, où est hospitalisé Vincent Lambert depuis 2008. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
  • Vincent Lambert est mort, ce jeudi matin, à Reims, à l’âge de 42 ans.
  • Il était dans un état végétatif depuis un accident de la route en 2008.
  • Sa famille s’est déchirée sur son sort pendant dix ans.

« Sans parti pris » et « le plus neutre possible ». Mathieu Bourrette, le procureur de la République de Reims (Marne), a mis les formes pour annoncer, ce jeudi, qu’il avait ouvert une enquête en « recherche des causes de la mort » après le décès de Vincent Lambert. « Ce n’est pas une enquête pour meurtre », a-t-il bien précisé lors d’une conférence de presse, évoquant « le contexte tout particulier » du décès du patient de 42 ans en état végétatif après des années de procédure judiciaire.

« Il est indispensable de fournir les éléments médicaux et judiciaires permettant [à tous les membres de la famille] de connaître les causes exactes de la mort, afin que chacun prenne ses responsabilités », a justifié le magistrat. C’est la raison pour laquelle il a d’ailleurs rencontré, dès ce jeudi matin, les parents, les frères et sœurs et l’épouse de Vincent Lambert pour leur annoncer sa décision. « Tous ont compris le sens de ma démarche. »

Le procureur de Reims a également confirmé que Jean et Viviane Lambert, les parents de Vincent qui militaient pour son maintien en vie, avaient déposé, jeudi 4 juillet une plainte pour « tentative de meurtre » visant notamment le docteur Vincent Sanchez qui est à l’origine de l’arrêt des soins du patient. Celui-ci a été entendu librement par les services de police judiciaire de Reims, samedi. « Je n’ai ouvert aucune enquête contre [lui], a expliqué le procureur. J’ai estimé que les arguments de droit et de fait n’étaient pas suffisants. »

Après une autopsie, le corps sera restitué à Rachel Lambert

Toujours pour éviter tout risque de supputation ou d’interprétation, le procureur de Reims a décidé de faire réaliser une autopsie du corps de l’ancien infirmier, victime d’un accident de la route en 2008. Elle sera réalisée vendredi matin à l’institut médico-légal de Paris. Des analyses toxicologiques doivent également être réalisées sur le corps du patient.

Pour être complet, Mathieu Bourrette n’exclut pas non plus l’audition des personnels médicaux de l’hôpital Sébastopol, des membres de la famille de Vincent Lambert et même d’éventuelles saisies dans la chambre d’hôpital. Le but ? Vérifier que les opérations médicales ont été réalisées conformément à la loi.

« Ensuite, le corps de Vincent Lambert sera restitué à son épouse qui est également sa tutrice », a poursuivi le magistrat. Les résultats de cette enquête ne seront pas connus avant plusieurs semaines.