Limogeage de la directrice de cabinet de Rugy: Les délicates fins de carrière des anciens préfets de Loire-Atlantique

ADMINISTRATION Scandales, procès, limogeage, suspicion… Les anciens préfets de Loire-Atlantique ont connu récemment des fins de parcours tourmentées

Frédéric Brenon

— 

Les anciens préfets de Loire-Atlantique Bernard Boucault, Henri-Michel Comet, Jean Daubigny et Nicole Klein (de gauche à droite et de haut en bas).
Les anciens préfets de Loire-Atlantique Bernard Boucault, Henri-Michel Comet, Jean Daubigny et Nicole Klein (de gauche à droite et de haut en bas). — T.Samson/AFP, F.Scheiber/20Minutes, R.Meigneux/Sipa, E.Feferberg/AFP
  • Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique pendant un an et demi, a été démise de ses fonctions de directrice de cabinet de François de Rugy.
  • Son départ est la conséquence de la polémique déclenchée par le logement social inoccupé dont elle disposait à Paris.
  • Comme elle, quatre autres anciens préfets de Loire-Atlantique ont connu des déboires en fin de carrière.

Ce n’est probablement qu’une coïncidence. Mais le constat est implacable : au moins cinq anciens préfets de Loire-Atlantique et des Pays-de-la-Loire ont connu, dans un passé récent, de gros déboires après leur passage à l’hôtel de la préfecture de Nantes. Le limogeage de Nicole Klein, directrice de cabinet de François de Rugy, en est le dernier exemple. Retour sur ces trajectoires inattendues.

Bernard Boucault, tourments à la préfecture de police

Bernard Boucault a été préfet de Loire-Atlantique de 2002 à 2007. Il devient ensuite directeur de l’ENA, puis préfet de police de Paris, nommé par François Hollande. C’est là que ses affaires se gâtent. A un poste très exposé, il lui est reproché plusieurs décisions litigieuses en matière de maintien de l’ordre (incidents lors de la Manif pour tous, débordements au Trocadéro lors de la célébration du titre de champion de France du PSG…). En mars 2015, il est  mêlé à une affaire de trafic d’influence (affaire Masanet) laquelle lui vaudra une perquisition par un juge d’instruction. Bernard Boucault part en retraite en juillet 2015, avec une réputation écornée.

Bernard Hagelsteen, le recrutement qui fait tache

En 2007, c’est Bernard Hagelsteen qui prend la succession de Bernard Boucault. Préfet de Loire-Atlantique jusqu’en 2009, son principal dossier est de défendre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Lande, lequel obtient une déclaration d’utilité publique controversée en 2008. En 2011, après un passage à la Cour des comptes, il quitte l’administration française pour rejoindre une entreprise privée. Et pas n’importe laquelle : Vinci, tout juste désignée concessionnaire du projet d’aéroport ! Bernard Hagelsteen y devient conseiller du président. Un recrutement, jugé légal par la Commission de déontologie des fonctionnaires, qui jeta la suspicion sur l’impartialité ce celui qui était au service de l’Etat.

Jean Daubigny, la chute fiscale

De 2009 à 2012, c’est Jean Daubigny qui prend la tête de la préfecture de Loire-Atlantique. Sa carrière se poursuit au ministère de l’Intérieur puis à la préfecture de Paris. Mais, en novembre 2016, coup de tonnerre : il est poursuivi pour ne pas avoir déclaré ses impôts pendant quatre ans. L’administration fiscale lui réclame près de 200.000 euros. Condamné en novembre 2017 à huit mois de prison avec sursis pour fraude fiscale, Jean Daubigny révéla qu’il souffrait d’une phobie… administrative. Il n’avait plus de carte vitale et n’avait pas réclamé ses pensions de retraite.

Henri-Michel Comet, limogé après l’attaque terroriste

Henri-Michel Comet reste trois ans à la préfecture de Loire-Atlantique avant de rejoindre celle du Rhône en janvier 2017. L’attentat de Marseille, le 1er octobre 2017, au cours de laquelle deux jeunes femmes furent tuées au couteau, met fin à sa carrière. Henri-Michel Comet fut sanctionné pour avoir relâché Ahmed Hanachi, arrêté à Lyon deux jours avant le drame pour un vol à l’étalage, et pour ne pas lui avoir délivré d’obligation de quitter le territoire. Dans son ultime discours, la voix emplie de sanglots, il déclara, amer : « Ma vie préfectorale s’achève sous vos yeux. Mon uniforme pourra aller au feu ».

Nicole Klein, le logement de trop

En Loire-Atlantique de mars 2017 à septembre 2018, Nicole Klein restera la préfète qui a accompagné l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Nommée directrice de cabinet du nouveau ministre de l’Ecologie François de Rugy en octobre 2018 alors qu’elle allait partir à la retraite, elle fait aujourd’hui polémique pour avoir conservé un logement social pendant douze ans alors qu’elle n’habitait plus la capitale. « Je n’ai pas quitté cet appartement par facilité et négligence », a-t-elle confessé à Ouest-France. Elle cesse ses fonctions, à la demande du ministre.