Les immigrées contribuent à la fécondité française, mais faiblement

DEMOGRAPHIE Le taux de fécondité des femmes immigrées résidant en France est de 2,6 enfants par femme selon des chiffres de 2017, contre 1,77 enfant par femme pour les non-immigrées

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de mains d'un père et son bébé.
Illustration de mains d'un père et son bébé. — Pixabay

L'immigration participe à la forte fécondité de la France, la plus élevée des pays de l'Union européenne, mais dans une faible proportion, selon une étude de l'Institut national d'études démographiques (Ined) publiée mercredi.

Le taux de fécondité des femmes immigrées résidant en France est de 2,6 enfants par femme selon des chiffres de 2017, contre 1,77 enfant par femme pour les non-immigrées. Mais les immigrées ne représentant que 12% des femmes en âge d'avoir des enfants, leur contribution à la natalité française reste limitée.

Des différences selon les pays d'origine

L'apport des femmes immigrées au taux de fécondité français n'est selon l'étude que de 0,1 point. Un chiffre stable depuis 2014, qui cache des disparités selon l'origine des personnes immigrées: les femmes nées dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) ont un taux de fécondité moyen de 3,5 enfants par femme, contre un chiffre proche de la moyenne nationale (un peu moins de deux enfants par femme) pour les femmes nées en Italie ou en Espagne.

«Un immigré est une personne née étrangère à l'étranger et résidant habituellement en France, précise l'étude. Si elle acquiert la nationalité française après son arrivée, elle continue de compter parmi les immigrées.»

«Avec 1,88 enfant en moyenne par femme, la France a la fécondité la plus élevée des pays de l'Union européenne», soulignent les auteurs, rappelant que ce chiffre est proche du «seuil de remplacement des générations».