Les victimes sont plutôt satisfaites de leur prise en charge par la police, selon une étude

ETUDE Les personnes qui ont déposé plainte sont très majoritairement satisfaites de la façon dont elles ont été reçues par la police et la gendarmerie, selon une étude de l'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales)

Thibaut Chevillard

— 

Devant un commissariat (illustration).
Devant un commissariat (illustration). — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA
  • L’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales) publie ce jeudi une étude sur «la satisfaction ressentie par les victimes lors du déplacement à la police ou à la gendarmerie».
  • Les Françaises et les Français qui ont déposé plainte ressortent globalement satisfaits du commissariat ou de la brigade de gendarmerie.

Franchir le seuil d’un commissariat ou d’une brigade de gendarmerie n’est jamais chose facile pour une victime. Elle doit se présenter à l’accueil, raconter à un inconnu des choses parfois intimes, ressentir la peur d’être jugée, attendre de longues minutes dans une pièce avec d’autres personnes avant d’être entendue. Si la démarche relève parfois du parcours du combattant, les Françaises et les Français sont globalement satisfaits des conditions de leur déplacement, indique une étude de l’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales), dévoilée ce jeudi*.

« En matière d’accueil, de conseils et de prise de déclaration, la majorité des victimes évaluent positivement leur démarche », écrit l’auteur de l’étude, Hugo d’Arbois de Jubainville. En revanche, « moins de 10 % des victimes estiment que leur démarche s’est très mal passée ».

L’étude s’est ensuite intéressée au « délai d’attente », à « l’écoute » et au « temps » accordés aux victimes, aux « conditions de confidentialité des échanges » et aux « conseils qui leur ont été donnés ». Et « de manière générale, la majorité des victimes se déclarent satisfaites de ces aspects de leur démarche », comme le montre le graphique ci-dessous.

Néanmoins, « les conseils donnés aux victimes apparaissent comme l’aspect le moins satisfaisant de leur déplacement », remarque le chargé d’études de l’ONDRP. Comment l’expliquer ? Pour Christophe Soullez, directeur de l’Observatoire, il ne s’agit pas « nécessairement d’un défaut de formation des policiers ou des gendarmes » même s’« il y a peut être des efforts à faire pour mieux diriger les victimes vers des associations, des travailleurs sociaux, des psychologues ». Il explique que « les victimes attendent de savoir ce qu’il va advenir de leur plainte, ce qu’elles doivent faire. Et ça ils n’ont pas forcément la réponse car derrière, il y a l’autorité judiciaire qui va être impliquée » et va prendre des décisions.

Les gendarmes « plus de temps à consacrer aux victimes »

Il n’y a pas de différence énorme entre police ou gendarmerie sur le niveau de satisfaction des victimes. Mais celles « qui se sont rendues dans un commissariat de police sont relativement moins satisfaites que celles qui se sont rendues dans une brigade de gendarmerie », observe l’auteur de l’étude. De même, les victimes sont « moins satisfaites des conseils qui leur ont été donnés et du temps et de l’écoute qui leur ont été accordés » par les policiers. Les gendarmes, avance Christophe Soullez, « ont un peu moins d’affaires à traiter et ont sûrement un peu plus de temps à consacrer aux victimes qui viennent déposer plainte ».

« Il ne faut pas oublier que la police constate 75 % des crimes et des délits et la gendarmerie 25 %, poursuit le chef de l’Observatoire. Il y a d’un côté une force très soumise à la pression, à l’urgence, qui multiplie les interventions en zone urbaine alors que la gendarmerie a sûrement moins d’interventions et est moins soumise à cette gestion de l’urgence. »

Des victimes d’atteintes sensibles moins satisfaites

Une catégorie pêche plus que les autres : celle des victimes d’« atteintes sensibles », soit des préjudices, des coups ou blessures qui touchent l’intime. Si la majorité d’entre elles se déclarent « satisfaites » de leur expérience dans un commissariat ou une brigade de gendarmerie, « cette proportion est relativement plus basse que pour les autres atteintes personnelles », écrit Hugo d’Arbois de Jubainville.

« Quand on est victime d’infraction de type violences sexuelles ou violences conjugales, on s’attend à une réponse sur mesure et pas à du prêt à porter, souligne Christophe Soullez. Même si des efforts ont été faits ces dernières années par les services de police et de gendarmerie, il y a peut-être encore des progrès à faire sur la manière dont sont prises en charge les victimes qui demandent effectivement un traitement un peu différencié au regard de la gravité des actes et surtout quand ça touche l’intime. Les victimes attendent donc une réponse plus personnalisée. »

* Cette étude a été réalisée à partir de l’enquête de victimation Cadre de vie et sécurité réalisée par l’Insee et l’ONDRP depuis 2007 et avec le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) depuis 2014. Près de 16.000 individus âgés de 14 ans et plus sont interrogés chaque année.