Grève aux urgences: La maire de Montauban veut du personnel et menace de bloquer le budget de l'hôpital

SANTE La maire de Montauban a écrit à la ministre de la Santé. Si elle n’obtient pas de création de postes aux urgences de l’hôpital, elle boycottera le vote du budget jeudi

Hélène Ménal

— 

Brigitte Barèges, la maire LR de MontaubaN.
Brigitte Barèges, la maire LR de MontaubaN. — Eric Cabanis afp.com

Création de six postes aux urgences du Centre hospitalier de Montauban, retour d’un agent de sécurité et réparation du sens d’entrée. Voilà, les trois revendications principales listées par Brigitte Barèges (LR), la maire de préfecture du Tarn-et-Garonne dans un courrier adressé lundi à la ministre de la Santé.

Alors que le personnel des urgences de Montauban a rejoint le mouvement de grève national depuis plus d’un mois, l’édile se rallie à sa cause.

Une population en augmentation constante

Dans sa lettre à Agnès Buzyn, celle qui est aussi présidente du conseil de surveillance de l’établissement rappelle que les dotations des hôpitaux tiennent compte d’indices Insee datant de 2013 alors que Montauban gagne 1.000 habitants par an.

Selon elle, pour une activité comparable – « 40.000 passages par an et 80.000 appels » – les urgences du CHU de Rangueil à Toulouse disposent de deux fois plus de personnel que celles de l’hôpital de Montauban.

L’alarme sonnée par Brigitte Barèges est assortie d’une menace : «A défaut de création des postes (…), mes élus et moi-même ne pourrons siéger au prochain conseil de surveillance destiné à voter le budget», écrit-elle. Or la séance doit se tenir ce jeudi 11 juillet. Il y a donc urgence à éviter la paralysie de l’hôpital.