VIDEO. Lyon: Un nouveau quartier romain découvert sur les hauteurs de Fourvière

ARCHEOLOGIE Pour les archéologues, il s’agit d’un site d’un «intérêt exceptionnel»

Caroline Girardon

— 

Un nouveau quartier de l'empire romain a été découvert sur les hauteurs de Lyon.
Un nouveau quartier de l'empire romain a été découvert sur les hauteurs de Lyon. — C. Girardon / 20 Minutes
  • Les archéologues ont mis à jour un nouveau quartier de l'Empire romain, niché sur la colline de Fourvière.
  • Il s'agit d'une découverte exceptionnelle, selon leurs dires.
  • Des très nombreux objets ont été retrouvés, très bien conservés malgré les siècles.

Une découverte d’un « intérêt exceptionnel ». La fouille menée depuis presque six semaines au sein du jardin de la Visitation, nichée sur la colline de Fourvière de Lyon, a permis aux archéologues de tomber sur un quartier inédit de la ville. Les 25 étudiants, qui s’affairent sur les lieux dans le cadre d’un chantier-école, ont dégagé des vestiges rares datant de l’Empire romain. Et plus précisément de l’an 197.

Le secteur avait déjà été fouillé en 2015 et la prospection des sols à cette époque avait laissé entrevoir des richesses bien enfouies, qui n’avaient pas encore été déterrées. Aujourd’hui, les archéologues sont en mesure de dire qu’une maison se situait à cet endroit. Les résidus de roses permettent d’imaginer facilement que le sol était en marbre. Des plats, pots, marmite et cruches nécessaires à la préparation des repas ont été retrouvés dans la réserve de la cuisine.

Des dés et une tête décapitée enfouis dans les sols

« On peut penser que cette bâtisse appartenait à un légionnaire ou un militaire », dévoile Benjamin Clément, archéologue, responsable du chantier. La présence de lances et de pointes de flèches, dénichées dans les sols de la terrasse en contrebas, a permis de renforcer cette hypothèse. De même que la découverte d’un autre bâtiment, accolé au rempart de la ville, dans lequel étaient stockés des balistes ou autres armes.

« Il s’agissait d’un dépôt de munitions, dédié à la protection de la ville. Cet édifice semble avoir été le théâtre d’une escarmouche consécutive à la bataille de Lyon, qui opposa l’empereur Septime Sévère à l’usurpateur Clodius Albinus en 197 », raconte l’archéologue, précisant qu’une tête décapitée a été retrouvée lors des fouilles. Mais pas seulement. Des dés, des lampes à huile, des jetons attestant de la vie nocturne des soldats ont été sortis de terre. Des stylets et boîtes à sceaux aussi. Quasiment intacts. Pour une raison.

Lugdunum, ville rebelle

Albinus, défait, s’est réfugié dans la ville avant d’être arrêté puis décapité. L’empereur a fait piller la ville pour punir tous ceux qui avaient soutenu le rebelle. Et à l’époque Lugdunum regorge de richesses. Elle est d’ailleurs l’une des seules villes avec Rome à frapper la monnaie. « L’édifice en question a été volontairement détruit pour ne pas que les armes ou autres objets soient volés. C’est pour cette raison qu’ils sont encore en très bon état », souligne Benjamin Clément, insistant sur la qualité des découvertes.

« Le fait de dénicher des objets de la vie quotidienne et des armes dans un seul lieu est plutôt insolite. Et on en trouve rarement autant sur un site archéologique », conclut-il. Le site en question sera refermé dans les prochaines semaines avant d’être à nouveau étudié. Les archéologues doivent encore fouiller le reste du parc. Un travail qui pourrait prendre encore cinq ans.