Sécheresse: Des mesures de restriction d'eau dans 41 départements

PLUIE Parmi ces départements, 17 comportent des zones en état de crise où les restrictions sont plus sévères

Manon Aublanc

— 

L'épisode de sécheresse touche toute la France (illustration).
L'épisode de sécheresse touche toute la France (illustration). — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Après les fortes chaleurs, ces dernières semaines, place à la sécheresse. Des mesures de restriction d’eau ont été prises dans 41 départements, selon la carte publiée, ce mardi, par Propluvia, le site du gouvernement.

En France, les restrictions d’eau sont reparties sur trois niveaux : l’alerte, l’alerte renforcée et la crise. Dix départements sont en alerte, 14 départements sont en alerte renforcée, 17 autres sont en niveau « crise ».

Les agriculteurs, premiers touchés par les restrictions d’eau

L’alerte (en jaune) comprend « des réductions des prélèvements à des fins agricoles inférieures à 50 % ou une interdiction jusqu’à 3 jours par semaine, des mesures d’interdiction de manœuvre de vanne, d’activité nautique, d’arroser à certaines heures les jardins, les espaces verts, les golfs et de laver sa voiture », écrit Propluvia sur son site.

L’alerte renforcée (en orange) implique des « réductions des prélèvements à des fins agricoles supérieures ou égale à 50 % ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine, une limitation plus forte des prélèvements pour l’arrosage des jardins, espaces verts, golfs, lavage des voitures, jusqu’à l’interdiction de certains prélèvements ».

Plus de la moitié des nappes phréatiques à un niveau bas

Les 17 départements en crise (en rouge) subissent, eux, « l’arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d’assurer l’exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité) ». Cela concerne l’Allier, le Cher, la Côte-d’Or, les Deux-Sèvres, le Gers, la Haute-Garonne, l’Indre, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, la Loire-Atlantique, le Loiret, le Lot, le Puy-de-Dôme, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, la Vendée et la Vienne.

Selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)​, de nombreuses nappes phréatiques en France affichent des niveaux « peu satisfaisants » et « inférieurs » à ceux de l’an dernier. Au 1er juin, 59 % des nappes se situaient à un niveau « modérément bas à bas ». Cet été prévu plus chaud que la normale, l’établissement public s’attend à des problèmes dans certaines régions (sud de l’Alsace, Bourgogne, amont du Rhône) où les niveaux d’aquifères sont proches des minima enregistrés pour un mois de mai.