Seine-Saint-Denis: Un rassemblement organisé après la mort d'une jeune femme enceinte

MANIFESTATION Le 3 juillet, une femme enceinte de trois mois est décédée

20 Minutes avec AFP

— 

Rassemblement après la mort d'une jeune femme enceinte à Saint-Denis
Rassemblement après la mort d'une jeune femme enceinte à Saint-Denis — AFP

Le 3 juillet, une jeune femme enceinte de trois mois est décédée à Saint-Denis. Son compagnon est mis en cause pour violences conjugales. L’autopsie a conclu que son décès pouvait résulter d’une grossesse extra-utérine.

Ce lundi, environ 150 personnes se sont rassemblées devant la mairie de cette ville de Seine-Saint-Denis. « Combien coûte la vie d’une femme ? », a interrogé lors du rassemblement, Ernestine Ronai, responsable de l’observatoire départemental des violences envers les femmes, en appelant les pouvoirs publics à déployer des moyens.

« Un milliard » d’euros réclamé

Les associations demandent « un milliard », a-t-elle dit, « et ce n’est pas trop pour lutter contre ce problème ». « Pour l’instant les moyens mis en œuvre sont totalement insuffisants », a ajouté Marie-Christine Mourgue, présidente de SOS femmes 93.

Dans l’assistance, des proches de la jeune femme décédée, originaire de Guadeloupe. « Elle voulait être assistante sociale, explique une cousine. Elle travaillait comme auxiliaire de vie le week-end, le jeudi elle faisait du bénévolat auprès des personnes âgées ».

Le compagnon mis en examen

Son compagnon a été placé sous le statut de témoin assisté dans l’enquête ouverte pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il a également été mis en examen pour des violences conjugales antérieures et placé sous contrôle judiciaire. La veille de sa mort, la jeune femme avait déposé une main courante.