Plus de deux milliards d'euros engagés par l'Etat pour le développement économique et social de l'Outre-mer

SIGNATURE Des « contrats de convergence » destinés à « changer concrètement la vie de nos concitoyens », dixit Emmanuel Macron, ont été signés lundi

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron lors de la signature des contrats pour l'Outre-mer
Emmanuel Macron lors de la signature des contrats pour l'Outre-mer — AFP

Développement des transports, conservation des récifs coralliens, implantation de technopole… L’Etat va engager plus de deux milliards d’euros, pour la période 2019-2022, dans le but de rattraper le retard économique et social des territoires d' Outre-mer. Pour ce faire, des contrats de convergence et de transformation (CCT) ont été signés lundi.

Des contrats destinés à « changer concrètement la vie de nos concitoyens », dixit le président de la République. En présence du Premier ministre et de huit ministres, Emmanuel Macron a défendu « un engagement collectif » en signant ces textes avec 31 collectivités d’Outre-mer. La succession de réglementations et de textes législatifs consacrés à l’Outre-mer et leurs effets insuffisants ont entamé la crédibilité de l’Etat auprès des Ultramarins, a reconnu le chef de l’Etat.

« La vie des gens n’a pas assez changé »

Or, en raison du fort taux de chômage de ces territoires, des problèmes d’accès à l’eau et à l’assainissement ou encore des infrastructures scolaires et sanitaires souvent déficientes, les Outre-mer souffrent de retards économiques et sociaux structurels. « On a signé ces dernières années, quelle que soit la sensibilité politique, beaucoup de textes, sans doute beaucoup trop, on a pris beaucoup de déclarations, mais la vie des gens n’a pas assez changé », a insisté Emmanuel Macron.

Les contrats ont été signés avec les collectivités de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique, de Mayotte, de La Réunion, de Saint-Pierre-et-Miquelon et de Wallis-et-Futuna, les autres territoires devant suivre ultérieurement. Ils seront, entre autres, affectés aux infrastructures sportives, à l’aménagement des plages et à la conservation des récifs coralliens en Guadeloupe, aux collèges et lycées de Guyane, aux réseaux d’eau et pôles universitaires de La Réunion, ou encore à la transition énergétique en Martinique.