20 Minutes : Actualités et infos en direct
GRÈVEDes urgentistes s'injectent de l'insuline devant le ministère de la Santé

Urgences: Plusieurs soignants s'injectent de l'insuline devant le ministère de la Santé

GRÈVEL’initiative a beaucoup choqué, même parmi les grévistes et les manifestants
Une pompe à insuline.
Une pompe à insuline. - Diabeloop
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Une action choc pour interpeller le gouvernement. Une douzaine d’urgentistes en grève se sont injecté un produit présenté comme de l’insuline, devant le ministère de la Santé ce mardi. L’initiative a entraîné l’intervention des CRS et du SAMU.

Assis en ligne sur la chaussée, les soignants se sont injecté en même temps une dose dans l’épaule ou l’abdomen à l’aide de stylos à insuline. Quelques instants plus tard, des CRS les ont encadrés et dirigés vers un trottoir en attendant l’arrivée du SAMU. Selon le ministère, 13 personnes ont été prises en charge mais n’ont pas souhaité être transportées à l’hôpital.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Un cap a été franchi »

Des tests de glycémie effectués sur eux se sont révélés « normaux », selon le ministère, ce qui n’exclut pas l’utilisation d'« insuline retard », à effet différé. « L’insuline, c’était pour pousser le ministère à faire quelque chose, et il n’a rien fait », explique l’un des infirmiers présents. « On a continué jusqu’à ce qu’ils nous évacuent manu militari sur le côté. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

L’action a eu lieu à la fin d’une manifestation partie du ministère de l’Economie qui avait rassemblé plusieurs centaines d’agents hospitaliers. L’objectif était de « maintenir la pression » après plus de trois mois d’un mouvement de grève qui touchait 154 services ce mardi dans toute la France. Une délégation a été reçue « sans tension particulière » par Agnès Buzyn. Mais l’annonce de l’action à venir a provoqué « la consternation », selon le ministère.

Certaines voix ont aussi dénoncé cet acte « irresponsable » du côté des manifestants et des syndicats. « On est très choqué », s’est indignée Mireille Stivala, responsable CGT du secteur de la Santé. « Nous ne pouvons pas concevoir que des individus mettent en danger leur vie pour n’importe quelle cause, un cap a été franchi. »

Sujets liés