UE: L'Italien David Sassoli élu président du Parlement européen

VOTE Il remplace un autre Italien, Antonio Tajani, élu en 2017

20 Minutes avec AFP

— 

David Sassoli lors du vote pour la présidence du Parlement européen, le 3 juillet 2019.
David Sassoli lors du vote pour la présidence du Parlement européen, le 3 juillet 2019. — FREDERICK FLORIN / AFP

On sait désormais qui occupera le dernier poste clef européen. L’italien social-démocrate David Sassoli a été élu ce mercredi président du Parlement européen. Elu au deuxième tour à la majorité absolue avec 345 voix, cet ancien journaliste de 63 ans prend ainsi la place de son compatriote Antonio Tajani.

« Il s’agit, a dit Aldo Moro, de vivre le temps qui nous est donné avec toutes ses difficultés. Cependant, il faut aussi être courageux et confiant. C’est dans cet état d’esprit que j’accueille, avec confiance et courage, mon élection à la présidence du Parlement européen », a-t-il immédiatement déclaré sur Twitter. Ancien journaliste de télévision et eurodéputé depuis 2009, David Sassoli avait pour concurrente la députée écologiste allemande Ska Keller (119 voix au second tour), l’Espagnole Sira Rego du groupe d’extrême gauche GUE/NGL (43 voix) et le conservateur tchèque Jan Zahradil (160 voix). « Nous devons avoir le courage de relancer notre projet d’intégration, nous devons faire évoluer notre union » pour la rendre plus réactive aux exigences des citoyens, a déclaré David Sassoli dans l’hémicycle juste après l’annonce de son élection.

Elu pour deux ans et demi

L’élection du président pour deux ans et demi était la première mission du nouveau Parlement européen pour pouvoir débuter son travail législatif, après les élections de fin mai. La présidence du Parlement européen fait partie des hautes fonctions de l’UE à se répartir entre grandes familles politiques, même si le poste est beaucoup moins convoité et stratégique que celui de président de la Commission.

Pour succéder au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker début novembre, les dirigeants des 28 sont tombés d’accord mardi, à l’issue d’un sommet marathon, sur le nom de la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen, une proche de la chancelière Angela Merkel. L’Allemande, dont la nomination doit encore être formellement validée par un vote du Parlement européen à la mi-juillet, pourrait venir mercredi après-midi à Strasbourg.