«Des stagiaires faisaient leurs grosses commissions dans les poubelles»... Des femmes de ménage témoignent de leurs conditions de travail

VOUS TEMOIGNEZ La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité hommes-femmes réunit ce mercredi les représentants des employeurs des agents d’entretien et des femmes de chambre

Helene Sergent

— 

Les femmes représentent aujourd'hui 65% des salariés du secteur du nettoyage.
Les femmes représentent aujourd'hui 65% des salariés du secteur du nettoyage. — LIONEL BONAVENTURE / AFP
  • La secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa doit recevoir ce mercredi les fédérations et principales agences du secteur de la propreté.
  • Objectif: améliorer les conditions de travail de ces milliers de salariés, qui souffrent d'horaires décalés et doivent souvent cumuler les petits contrats.
  • 20 Minutes a recueilli les témoignages de dizaines de ces personnes, qui crient leur souffrance du manque de respect et de reconnaissance. 

« J’intervenais dans une grande entreprise d’ameublement. Je pouvais terminer à 21 heures et commencer le lendemain à 6 heures. Ce rythme était fatigant, à peine le temps de rentrer, de manger, de me laver, qu’il fallait déjà vite se coucher pour être en forme le lendemain. Ce qui n’était évidemment pas le cas », souffle Louise, agente de propreté qui a fini par quitter son job. Alors que la secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa doit recevoir ce mercredi les fédérations et principales agences du secteur de la propreté pour améliorer les conditions de travail de ces milliers de salariés, à quoi ressemble le quotidien de ces femmes et hommes de l’ombre ? 20 Minutes a recueilli leurs témoignages.

« On vit en décalé »

Manque de reconnaissance, horaires de travail morcelés et fatigue physique ont eu raison de la motivation de Louise. Les horaires décalés sont fréquents pour les femmes de ménage et agents d’entretien qui évoluent en entreprise et plus particulièrement celles et ceux qui travaillent pour des sous-traitants. Ludovic est responsable de site et dirige une équipe de nettoyage. Il détaille : « On peut commencer à 4h du matin puis reprendre entre 12h et 14h et travailler le soir jusqu’à 23h ou minuit. Et la plupart des membres de mon équipe sont obligés d’avoir plusieurs contrats pour cumuler 35 heures ».

En 2017, 76 % des salariés du secteur travaillaient en temps partiel et un tiers d’entre eux avaient plusieurs employeurs. Elisabeth, elle, a travaillé pendant quarante ans comme femme de ménage : « Pour avoir un contrat à 35 heures, il faut travailler tôt le matin et tard le soir, souvent six jours par semaine. Vous n’avez aucune vie de famille pour un salaire au Smic ».

Un décalage également perçu par Martine et Cyrielle : « L’inconvénient principal de ce métier, ce sont les horaires. On se lève tôt, on se couche tard, on vit en décalé », explique la première. « Je suis agent de propreté depuis huit ans et ce n’est pas le meilleur des rythmes pour fonder une famille et construire des projets », abonde la seconde. Une situation qui touche de nombreuses femmes puisqu’elles représentent aujourd’hui 65 % des employés des sociétés de nettoyage.

Un manque de reconnaissance

Parmi les nombreux témoignages reçus par 20 Minutes, un point domine toutefois la contrainte des horaires : celui du manque de reconnaissance. Molly, 19 ans, agent de propreté dans une ville en Loire-Atlantique, déplore : « Nous ne sommes pas assez pris au sérieux et pas assez reconnu. » Dans chaque récit, les mêmes mots reviennent : « esclave », « moins que rien », « boniche ». Retraitée du secteur, Elisabeth dresse le même constat : « Je me suis souvent sentie frustrée en faisant ce métier. Certes, on trouve facilement du travail, mais les agents de nettoyage font partie des salariés de la basse classe et des oubliés ».

Et le contact avec les employés des entreprises où elles interviennent est souvent synonyme de souffrance. Eliane, agent d’entretien, se souvient : « J’ai des photos de sites où je suis intervenue où les stagiaires faisaient leurs grosses commissions dans les poubelles des toilettes. On est des esclaves non reconnus ». « Nous sommes rabaissées et prises pour des bonnes. Les employés des entreprises qui nous emploient sont irrespectueux », ajoute Cyrielle. Morgane, elle, a travaillé un temps dans un cabinet d’avocats : « Quand ils arrivaient sur leur lieu de travail ils ne daignaient même pas relever la tête. Les horaires ce n’est finalement pas ce qu’il y a de pire, c’est le manque de respect. »

Des conséquences sur la santé

Et ces conditions de travail difficiles ont un impact direct sur la santé de ces salariés. Selon les données fournies par l’Assurance-maladie, les troubles musculosquelettiques (TMS) représentent aujourd’hui la quasi-totalité (97 %) des maladies professionnelles du secteur. « Canal carpien, tendinite aux épaules, mal de dos, énumère Eliane, je me suis aussi fait opérer de ma deuxième prothèse de hanche ».

Après douze ans d’activité, Anne-Marie dresse le même constat : « J’ai les épaules bousillées, on m’a diagnostiqué une rupture de la coiffe des rotateurs et je suis à deux ans et demi de la retraite. Pour l’instant, impossible de reprendre mon activité ». A cela s’ajoute aussi l’allongement des temps de trajet pour beaucoup d’agent d’entretien. En 2016, 2.513 accidents de trajet avec arrêt ont été recensés. Eliane attend donc beaucoup des propositions promises avant la fin de l’année par la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa : « La fatigue est telle parfois que j’ai été obligée de m’arrêter quelques jours. Si cela pouvait changer, là je pourrais dire merci au gouvernement. »