Du gros son et la PMA en toile de fond: la Marche des Fiertés a envahi Paris

FIERTES La 41e édition de l'événement s'est tenue samedi dans la capitale

20 Minutes avec AFP
— 
Le défilé est parti de Montparnasse pour rejoindre République. (Christophe ARCHAMBAULT / AFP)
Le défilé est parti de Montparnasse pour rejoindre République. (Christophe ARCHAMBAULT / AFP) — AFP

« Sortez nos sexes de vos états-civils », « Nos enfants vont bien », « Filiation, PMA : marre des lois a minima »… Les messages à adresser au gouvernement étaient nombreux samedi après-midi dans le cortège de la Marche des fiertés. Un défilé où drapeaux arc-en-ciel et gros son étaient comme d’habitude au rendez-vous, mais avec en plus, cette année, une chaleur écrasante.

Calendrier politique oblige (Le projet de loi de bioéthique doit être présenté en juillet, avant un examen au Parlement à l’automne), c’est le combat pour la Procréation médicalement assistée (PMA) qui était au cœur des slogans, ayant été choisi comme thème de la Marche par son organisatrice, l’Interassociative-Lesbienne, Gaie, bi et trans (Inter-LGBT).

Des vies en sursis

« Nous voulons une réforme de la filiation pour toutes les familles. Aujourd’hui, c’est une filiation sous condition pour les LGBT, comme si notre vie devait toujours rester en sursis », a affirmé Vanessa, présente dans la foule. « Quel officier d’état-civil demande à un père qui vient déclarer la naissance de son enfant de prouver qu’il est le père ? Nous avons arraché le mariage de haute lutte, mais le mariage doit être un droit, pas un devoir », a renchéri Alex, sa voisine, qui voudrait que la loi aille maintenant « beaucoup plus loin ».

Partie du quartier de Montparnasse pour rejoindre République, la foule, colorée et festive, a marché durant plus de trois heures, malgré les températures élevées. Et si l’Inter-LGBT attendait jusqu’à 500.000 personnes, la canicule n’a semble-t-il pas entamé l’enthousiasme de grand monde. Ici, une reine de la samba a enlevé ses talons pour marcher pieds nus, quand plus loin, deux hommes ont relevé leurs robes « pour laisser passer l’air ». Avec une sono infatigable criant au cortège entier : « Vous êtes beaux et belles ».

Stop aux violences

En parallèle de la PMA, les violences dont sont victimes les personnes LGBT étaient aussi dans les esprits. Ainsi, deux jeunes femmes ont pu savourer « le plaisir de s’embrasser dans la rue sans regarder dans son dos si on risque de se faire agresser ». Et Hector de rappeler : « Rien n’est acquis, il faut toujours se battre. Il y a encore eu une agression violente dimanche dernier à Paris ». Un discours qui résonne avec les 50 ans, cette année, de Stonewall (émeutes qui opposèrent aux Etats-Unis policiers et gays, excédés par la répression). « On n’en parle pas assez », a estimé Coralie.

Par ailleurs, des personnes intersexes ont pris un temps la tête du cortège, aux cris de « Stop aux mutilations ». « On était invisible. Ça devait s’arrêter », a notamment expliqué Mischa, qui se bat pour « faire respecter le choix des enfants intersexes à subir ou pas des opérations ».