Homéopathie: Une «efficacité insuffisante» justifie un déremboursement, estime la HAS

DECISION Après cette conclusion scientifique, dont la teneur avait fuité dans la presse mercredi soir, la décision finale sera prise par le gouvernement

20 Minutes avec AFP

— 

La Haute autorité (HAS) s'est prononcé en faveur du déremboursement de l'homéopathie, le 28 juin 2019.
La Haute autorité (HAS) s'est prononcé en faveur du déremboursement de l'homéopathie, le 28 juin 2019. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Estimant que son « efficacité » est « insuffisante », la Haute autorité de santé (HAS) estime, dans son avis rendu public ce vendredi, que l'homéopathie ne devrait plus être remboursée par la Sécurité sociale.

« Au terme de la première évaluation scientifique française de ces médicaments, la commission de la transparence rend un avis défavorable à leur prise en charge par l’assurance maladie », a indiqué la HAS, selon laquelle ces produits ont « une efficacité insuffisante pour être proposés au remboursement ».

La décision finale en attente à cause de la canicule

La commission de la transparence est l’organisme de la HAS chargé d’évaluer les médicaments pour déterminer si leur remboursement est justifié. Après cette conclusion scientifique, dont la teneur avait fuité dans la presse mercredi soir, la décision finale sera prise par le gouvernement. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a affirmé à plusieurs reprises qu’elle suivrait  'avis de la HAS pour la décision finale.

« Aujourd’hui mon urgence est de gérer la canicule et son impact, je pense que la décision peut attendre encore quelques jours », avait-elle toutefois déclaré jeudi matin sur France 2. « Les décisions sur le déremboursement des médicaments peuvent se prendre quelques jours ou quelques semaines après l’avis de la Haute Autorité de santé », avait-elle poursuivi. « Je rappelle que pour les médicaments anti-Alzheimer (déremboursés en août 2018) la décision a été prise pratiquement un an après l’avis » de la HAS, avait souligné la ministre.

L’homéopathie actuelle remboursée à 30 % par la Sécurité sociale

Pour tenter d’éviter le déremboursement des produits homéopathique, les labos fabricants, les homéopathes et les usagers ont lancé une campagne médiatique soutenue par des élus, « Mon homéo, mon choix ». Elle s’accompagne d’une pétition qui revendique plus d’un million de signatures. Les pro-homéopathie ont appelé à des manifestations à Paris et à Lyon vendredi à 10h30. Controversée au sein du corps médical, l’homéopathie consiste à administrer au patient des substances en quantité infinitésimale, diluées à l’extrême dans de l’eau.

Certains médicaments sont remboursés à 30 % par la Sécurité sociale à la faveur d’un régime dérogatoire, leur efficacité n’ayant pas été évaluée scientifiquement jusqu’à présent. L’an dernier, le remboursement de l’homéopathie a représenté 126,8 millions d’euros sur un total d’environ 20 milliards pour l’ensemble des médicaments remboursés, selon l’Assurance maladie. Trois laboratoires fabriquent des produits homéopathiques remboursés : les Français Boiron (leader mondial) et Lehning et le Suisse Weleda.