Vente d'alcool aux mineurs: «60 millions de consommateurs» dénonce le «laxisme» des supermarchés

LEGISLATION Sur les 111 grandes surfaces testées, 66 ont vendu sans rechigner de l’alcool à des mineurs

20 Minutes avec agence

— 

Vente d'alcool dans un supermarché (illustration).
Vente d'alcool dans un supermarché (illustration). — Rafael Ben-Ari/Cham/NEWSCOM/SIPA

Le magazine 60 millions de consommateurs a publié ce jeudi une étude sur la facilité avec laquelle les mineurs peuvent se procurer de l’alcool en France. L’étude a été réalisée dans 111 grandes surfaces, où une vingtaine d’ados ont tenté d’acheter des bouteilles d’alcool, parfois fort, rapporte FranceInfo.

Les jeunes étaient âgés de 14 à 16 ans. « J’ai acheté de la vodka et je suis passé sans problème à la caisse, on ne m’a posé aucune question », confie l’un d’eux. « C’est comme si j’avais acheté du pain. »

« A chaque fois, j’ai pris les bières les plus fortes pour essayer d’interpeller le vendeur », témoigne un autre, âgé de 15 ans. « Et étonnamment, il m’a directement donné le prix, sans même avoir de petits soupçons ! » Sur les quatre supermarchés où s’est rendu ce jeune, seul un établissement a refusé de lui vendre de l’alcool.

Un « vrai laxisme » dans les magasins

Selon 60 millions de consommateurs, les ados ont pu acheter de l’alcool sans problème dans 59 % des cas, soit 66 boutiques sur 111. « Il y a effectivement un vrai laxisme dans les grandes surfaces », explique Benjamin Douriez, rédacteur en chef adjoint du magazine, à FranceInfo. « Cette interdiction de vente aux mineurs n’est pas appliquée dans les magasins. »

60 millions de consommateurs a même tenté de faire un classement par type d’enseigne et a observé plus de refus dans les supermarchés hard discount. « Mais les différences ne sont pas extrêmement marquées », se désole le journaliste. Pour rappel, la vente d’alcool à un mineur est sanctionnée d’une amende de 7.500 euros.