Canicule à Lyon: La circulation différenciée? Les automobilistes s'en soucient peu

POLLUTION Ce jeudi matin, la préfecture du Rhône a décidé de sévir en verbalisant davantage les automobilistes ne respectant pas la mesure

Benjamin Terrasson

— 

Verbalisation d'un automobiliste ne respectant pas la circulation différenciée
Verbalisation d'un automobiliste ne respectant pas la circulation différenciée — Benjamin Terrasson
  • Seules les voitures avec les vignettes 0, 1 et 2 peuvent rouler à Lyon, où la circulation différenciée est mise en place depuis mercredi. 
  • 50% des automobilistes du Rhône n'ont pas demandé leur vignette.
  • La circulation différenciée sera reconduite vendredi et probablement jusqu'à la fin de la semaine.

Après la tolérance et la pédagogie, la répression. Jeudi, la préfecture du Rhône a durci le ton, décidant de verbaliser davantage les automobilistes ne respectant pas la circulation différenciée, mise en place la veille. A partir de 10h15 et jusqu’à 12h30, une quinzaine d’agents de police ont contrôlé, au niveau du pont de l’Université, voitures, motos et camions ne disposant pas des vignettes Crit’Air 0,1 et 2 les autorisant à rouler librement.

Au total, 278 véhicules ont été contrôlés et 41 contraventions ont été dressées, allant de 68 euros pour les véhicules légers à135 euros pour les poids lourds. Les policiers n’ont pas chômé sous un soleil de plomb. A tel point que certains automobilistes ont pu passer à travers les mailles du filet, tous les agents étant occupés. C’est le cas de Steven.

La moitié des automobilistes n’ont pas commandé de vignettes

« C’est vrai que j’avais entendu parler de Crit’Air mais je ne m’attendais pas à autant de contrôles », admet-il. Venu de Dagneux dans l’Ain pour voir des amis, le jeune homme a bénéficié de la mansuétude de l’un des agents « contre la promesse de faire demi-tour, de garer ma voiture à Caluire et de prendre les transports ». Ce qu’il comptait faire.

Matthieu, pris également la main dans le sac, a eu moins de chance. « J’ai emprunté la voiture d’un ami pour me rendre à un rendez-vous à Lyon. Je n’étais pas au courant du tout », jure-t-il. Et de nuancer : « Il n’y a pas à discuter. Je suis au RSA mais je vais régler l’amende. Je n’ai pas vraiment le choix… ».

Dans le Rhône « 50 % des automobilistes n’ont pas commandé de vignettes », constate Emmanuelle Dubée, préfète déléguée à la défense et à la sécurité. Steven, malgré le contrôle subi, ne compte d’ailleurs pas s’en doter : « De toute façon, je sais que ma voiture n’aura pas la bonne vignette, alors pourquoi faire ? », répond-il.

« Les policiers ont pour consigne de systématiquement verbaliser »

« Hier, pour le premier jour de la circulation différenciée, les contrôles avaient surtout une portée pédagogique mais aujourd’hui, les policiers ont pour consigne de systématiquement verbaliser », explique Emmanuelle Dubée. Selon cette dernière, les opérations de communication menées en ce sens ont été suffisamment nombreuses. « Les automobilistes ne peuvent pas l’ignorer », argumente-t-elle.

Pour la préfecture du Rhône, cette mesure reste indispensable. « Il faut une politique volontariste pour préserver la qualité de l’air et la santé des personnes les plus vulnérables », appuie Emmanuelle Dubée se disant toutefois consciente des contraintes imposées aux automobilistes.

La circulation différenciée reconduite vendredi

Cinq points de contrôle avaient été mis en place mercredi. Jeudi, la préfète n’a pas voulu dévoiler le dispositif en détail. « On est dans le même ordre d’idée, lâche-t-elle. De toute façon, l’ensemble des forces de l’ordre a été informé qu’il faut faire appliquer cette mesure ». La préfecture a d’ores et déjà annoncé que la circulation différenciée allait être reconduite vendredi et sans doute jusqu’à dimanche, « Tant que durera le pic de pollution », conclut Emmanuelle Dubée.