L’ex convoyeur de fonds Toni Musulin arrêté à Londres

ENQUETE L'ancien convoyeur avait été condamné à Lyon en 2010 pour le vol de son propre fourgon et avait été libéré en 2013 après avoir purgé la totalité de sa peine

Elisa Frisullo avec Thibaut Chevillard

— 

Le convoyeur Toni Musulin en 2009.
Le convoyeur Toni Musulin en 2009. — FAYOLLE PASCAL/SIPA

Il était devenu en quelques heures l’homme le plus recherché et le convoyeur le plus célèbre de France. Cinq ans et demi après sa sortie de prison, Toni Musulin a été interpellé cette semaine à Londres, a indiqué à 20 Minutes une source proche du dossier, confirmant une information du Progrès.

L’homme a attiré les soupçons d’un établissement financier en procédant, le 24 juin, à un premier échange d’espèces, puis en essayant de nouveau le lendemain de changer de fortes sommes, pour un montant total avoisinant les 50.000 euros.

Interrogé par Scotland Yard

L’ancien convoyeur lyonnais, condamné en 2010 pour tentative d’escroquerie à l’assurance et le vol de son propre fourgon blindé, a été relâché ce jeudi, selon nos informations, après avoir été interrogé par Scotland Yard sur l'origine de ces fonds, ajoute cette source. Face aux enquêteurs anglais, Toni Musulin a expliqué que cet argent provenait de la vente d'une Ferrari.

Son interpellation avec une somme si importante en liquide pose forcément question. « D’où vient cet argent ? », s’interroge une source policière contactée par 20 Minutes. En novembre 2009, peu après le vol du fourgon à Lyon, une partie des 11.6 millions d'euros dérobés par Toni Musulin avaient été découverts dans un box qu'il louait par la police judiciaire. Mais les 2.5 millions manquants n'ont jamais été retrouvés.

Lors de son procès, le quadragénaire, interrogé par les juges sur ce point, était resté mutique. Après cette récente arrestation, l'homme, libéré en octobre 2013, pourrait de nouveau être interrogé par les enquêteurs français dès son retour sur le territoire.

…/… Plus d’infos à venir

Toni Musulin: «Je n’ai pas le premier euro de ce qu’ils racontent»