Hauts-de-France: Une région dans laquelle on meurt de plus en plus

DÉMOGRAPHIE Naissances en baisse, décès en hausse, le bilan démographique des Hauts-de-France n’est pas au mieux

Mikael Libert

— 

L'Insee dresse le bilan démographique 2019 des Hauts-de-France (illustration).
L'Insee dresse le bilan démographique 2019 des Hauts-de-France (illustration). — M.Libert / 20 Minutes

Un constat pas folichon. Ce jeudi, l'Institut national de la statistique​ (Insee) a livré le bilan démographique des Hauts-de-France pour l’année 2018. Si la population de la région ne vieillit pas encore, le nombre de décès se rapproche dangereusement de celui des naissances.

Selon l’Insee, au premier janvier 2019, les « Hauts-de-France demeurent la 3e région la plus peuplée de France ». Elle compte un peu moins de six millions d’habitants, soit 9,2 % de la population de France métropolitaine. Pour autant, les données qui suivent montrent que cela ne pourrait pas durer.

Un solde naturel en nette baisse

En cause, le solde naturel (différence entre les naissances et les décès) qui se réduit, même s’il reste encore positif en 2018. La raison est simple, le nombre de naissance baisse alors que les décès augmentent. Entre 2017 et 2018, la région a enregistré 3.000 naissances de moins et 1.400 décès de plus. Pour se donner une idée, le solde naturel en 1990 était de +32.728. Il n’est que de +10.800 en 2018.

Infographie de la démographie dans les Hauts-de-France en 2018.
Infographie de la démographie dans les Hauts-de-France en 2018. - Insee

En fait, depuis 28 ans, la courbe des décès s’apparente à un faux plat montant avec une bonne côte de fin de parcours. En 1990, on dénombrait 53.111 décès contre 57.015 en 2018. L’autre constat qui va de pair, c’est que dans les Hauts-de-France, les hommes et les femmes vivent deux ans de moins que la moyenne nationale.