Maçon, restaurateur ou fleuriste... Quatre ministres invités à faire un stage de «gestion d'entreprise»

STAGE NON REMUNERE Des conventions de stage fictives au nom d’Edouard Philippe, Muriel Pénicaud, Jean-Michel Blanquer et Bruno Le Maire ont été diffusées dans la presse

L.Br.

— 

Edouard Philippe et Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée, en décembre 2018.
Edouard Philippe et Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée, en décembre 2018. — Bertrand GUAY / AFP

Muriel Pénicaud chez un maçon, Edouard Philippe dans une pharmacie, Bruno Le Maire chez un restaurateur et Jean-Michel Blanquer chez un fleuriste. Des conventions de stage fictives en « gestion d’entreprise » ont été publiées ce mercredi dans certains titres de presse, rapporte Franceinfo. Une façon pour l’Union des entreprises de proximité (U2P), à l’origine de cette campagne de communication, de pointer les lacunes du gouvernement dans la connaissance de l’entreprise.

« Les membres du gouvernement pensent connaître les réalités de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales, mais ne prennent pourtant pas les mesures adaptées », explique le message accompagnant ces fausses conventions de stage. L’U2P représente 2,8 millions de professionnels, artisans, commerçants de proximité et professions libérales.

Des lois pour les « grandes entreprises »

Interrogé par Franceinfo, Alain Griset, son président, estime que les entreprises artisanales sont trop souvent absentes des préoccupations des pouvoirs publics : « On est un pays où les lois et règles ont toujours été conçues pour et par les grandes entreprises », explique-t-il. L’U2P réclame notamment une baisse de l’impôt sur le revenu pour les entreprises qui ne sont pas soumises à l’impôt sur les sociétés (IS), ou encore l’arrêt de l’installation de la grande distribution en périphérie des villes.