Pour 85 % des Français, être lesbienne, gay ou bi, c’est comme être hétéro

DROITS Pourtant, un tiers des Français s’est déjà senti mal à l’aise en présence d’une personne LGBT

R.G.-V. avec AFP

— 

30 % des Françaises et des Français ont été mal à l'aise au moins une fois en présence d'une personne LGBT.
30 % des Françaises et des Français ont été mal à l'aise au moins une fois en présence d'une personne LGBT. — VALERY HACHE / AFP

L’acceptation des lesbiennes, des gays et des bisexuels et de leur présence dans l’espace public grandit chez les Françaises et les Français, mais ils conservent des clichés envers les personnes LGBT selon une étude de l’Ifop publiée mercredi. En 2019, 85 % des personnes interrogées considèrent que l’homosexualité est « une manière comme une autre de vivre sa sexualité », alors qu’ils étaient 24 % en 1975, selon cette enquête réalisée par l’Ifop pour la Fondation Jasmin Roy-Sophie Desmarais, en partenariat avec la Dilcrah (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT).

Seuls 8 % pensent encore que c’est « une maladie que l’on doit guérir » contre 42 % en 1975, sept ans avant la dépénalisation de l’homosexualité, et 7 % considèrent que c’est « une perversion sexuelle que l’on doit combattre » (22 % en 1975). Les Français sont aussi plus ouverts concernant la manifestation de l’homosexualité dans l’espace public : 33 % trouvent « plutôt choquant » qu’un couple lesbien ou gay s’embrasse dans un lieu public, en baisse de 30 points depuis 1996. Et le fait de se tenir la main choque 17 % d’entre eux (-10 points).

Plus on est proche de la religion, moins on accepte

Concernant la parentalité, 83 % des Français pensent qu'« un couple homosexuel est capable d’assurer son rôle de parent aussi bien qu’un couple hétérosexuel ». Plus la personne interrogée fréquente des offices religieux, moins elle est d’accord (88 % pour les personnes qui assistent uniquement à des cérémonies sont d’accord contre 54 % qui fréquentent de manière hebdomadaire).

« Il y a une acceptation croissante du principe d’homosexualité, mais elle ne doit pas être confondue avec sa normalisation intégrale », commente François Kraus, directeur du pôle politique de l’Ifop. Pour le sondeur, les évolutions législatives dont le mariage pour tous en 2013 et la plus grande représentation des familles homoparentales dans les médias ont contribué à légitimer ces familles. La plus grande tolérance n’anéantit toutefois pas certains clichés récurrents à l’égard des lesbiennes, des gays et des bisexuels.

Un Français sur cinq (20 %) estime que « certaines professions où l’on est en contact permanent avec des enfants devraient être interdites aux homosexuels », indique l’enquête. Parmi les sondés, 27 % se déclarent mal à l’aise en présence de personnes transgenres et 14 % avec des personnes homosexuelles ou bisexuelles du même sexe qu’eux. Au total, 30 % des Français ont au moins une fois été mal à l’aise avec des personnes LGBT.

 

Enquête réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 29 mai au 3 juin 2019, auprès d’un échantillon de 3.013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.