VIDEO. Canicule: Premières mesures à Lyon contre la pollution, la Métropole réclame la circulation différenciée

POLLUTION La vitesse est abaissée de 20 km/ h sur certains axes et un ticket TCL spécial est proposé dès ce mardi

Elisa Frisullo

— 

Lors d'un épisode de pollution à Lyon.
Lors d'un épisode de pollution à Lyon. — K.Konrad / Sipa

Il fallait s’y attendre. Avec les fortes chaleurs enregistrées depuis lundi dans la métropole lyonnaise, la qualité de l’air s’est nettement dégradée. Lundi, le préfet de région a activé le niveau d’alerte N1 pour la pollution de l’air à l’ozone et a pris un arrêté fixant plusieurs mesures d’urgence pour limiter les émissions de ces polluants.

Depuis 5 heures ce mardi, la vitesse est abaissée de 20 km/h sur les axes du département où elle est habituellement fixée à 90 km/h. « Les axes dont la vitesse est fixée à 80 km/h sont donc limités à 70 km/h », précisent les services de l’Etat.

Pour limiter les déplacements en voiture, le Sytral a mis en vente dès ce mardi son titre spécial à 3 euros, Tick'Air, permettant de se déplacer toute la journée sur le réseau TCL

Un pic à 40 degrés jeudi

Dans le secteur agricole, la pratique de l’écobuage est également interdite, comme le brûlage des sous-produits agricoles et forestiers. Les sites industriels doivent limiter leurs émissions et, sur les chantiers, les entreprises dont l’activité génère des poussières, doivent la réduire.

En complément de ces mesures, le président de la métropole a réclamé lundi soir la mise en place de la circulation différenciée. « En anticipation de l’épisode de canicule, il a sollicité le ministre de la Transition écologique et solidaire pour que soit activé, à titre exceptionnel, le niveau 2 de protection impliquant la circulation différenciée », indique David Kimelfeld.

Une requête qui, pour l’heure, n’a pas trouvé d’écho favorable mais qui pourrait être acceptée dans les prochaines heures, Météo France prévoyant 36 degrés ce mardi et une pointe à 40 degrés jeudi. Atmo Auvergne Rhône-Alpes prévoit une augmentation des concentrations d’ozone, auxquelles pourraient s’ajouter dès ce 25 juin des particules sahariennes.